Normandie : Des algues vertes inquiètent les élus d'une plage du débarquement

La station balnéaire de Grandcamp-Maisy, entre Utah et Omaha Beach (Calvados), hauts lieux de mémoire du Débarquement, fait face à des marées vertes qui inquiètent sérieusement les élus locaux.

« Nous avons déjà ramassé 4.880 tonnes d'algues (à 50%/60% vertes). On dépasse déjà la collecte 2010. On a eu cet été jusqu'à 80 cm d'épaisseur. En septembre, on avait eu jusqu'à un mètre », explique Serge Bigot maire de la commune.

Avec ses 2.000 m3 d'algues vertes ramassées en 2010, Grandcamp est encore loin des 15.000 m3 ramassés à Saint-Michel-en-Grève, la commune bretonne qui a collecté le plus d'algues en 2010, selon le Centre d'étude et de valorisation des algues (Ceva) qui suit le phénomène au niveau national depuis la Bretagne.

En outre en Basse-Normandie, ce qui est ramassé est un mélange en général à 50% d'algues vertes et 50% d'autres algues alors qu'en Bretagne ce ne sont quasiment que des algues vertes. Et les longues plages du Débarquement sont plus propices au ramassage que les criques bretonnes, ce qui rend le problème moins aigu.

Mais la région n'est pas à l'abri du risque d'émission de gaz toxique, estime le Ceva.

Grandcamp est en bordure de la baie des Veys, plutôt fermée, avec des cultures intensives et des particuliers ici comme ailleurs pas toujours rigoureux dans la gestion de leurs égouts.

Le canton accueille des étables de quelques 100 unités mais n'a pas de production porcine significative, selon M. Lelong.

Source AFP

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires