Normes environnementales : Des agriculteurs bloquent la préfecture de Vendée

Des agriculteurs de Vendée bloquent depuis mardi matin l'accès de la préfecture de la Roche-sur-Yon pour protester contre les réglementations trop draconiennes, selon eux, qui leur sont imposées notamment en matière d'eau ou d'épandage.

« Nous demandons que cette administration ne soit pas aussi tatillonne », a déclaré Joël Limouzin, le président de la FDSEA de Vendée qui a appelé à cette action avec les Jeunes agriculteurs (JA). Les agriculteurs, qui sont une grosse vingtaine sur place, ont disposé une douzaine de tracteurs et de bennes devant les accès de la préfecture, empêchant l'accès du public. Ils ont également bloqué les accès de deux autres sites administratifs de la ville, relevant de la direction départementale des territoires et de la mer (qui regroupe notamment les services de l'ancienne direction de l'agriculture). Ils entendent mener leur action pendant trois jours.

Selon M. Limouzin, un « arrêté-cadre » départemental « impose une réduction de 30% des prélèvements d'eau » dans la nappe phréatique par rapport à l'an dernier. « On est d'accord, à condition de pouvoir stocker » de l'eau « dans des réserves de substitution » dont la construction est aujourd'hui freinée, a-t-il déclaré. Par ailleurs, selon M. Limouzin, l'administration départementale veut également baisser les apports de phosphore liés à l'épandage des déjections animales : le plafond autorisé passerait de 100 kilos par hectare actuellement à 70 kilos par hectare, obligeant les agriculteurs à trouver de nouvelles surfaces pour épandre. « Si on voulait tuer l'élevage on ne s'y prendrait pas autrement », a-t-il dit.

La préfecture de Vendée fait valoir de son côté qu'elle s'inscrit dans la « dynamique fixée » par le schéma directeur d'aménagement et de gestion des eaux (Sdage) Loire Bretagne pour 2010-2015. Ce schéma prévoit d'arriver à 61% des eaux de surface en bon état écologique en 2015, contre 30% actuellement. Le préfet de Vendée a fait savoir qu'il était prêt à recevoir les agriculteurs, mais ceux-ci n'ont pas voulu d'un rendez-vous immédiat, préférant attendre pour montrer leur détermination à obtenir un résultat concret, ont-ils expliqué.

Source AFP

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier