Notre-Dame-des-Landes: opération escargot des opposants sur le périphérique nantais

Notre-Dame-des-Landes: opération escargot des opposants sur le périphérique nantais

Les opposants à l'aéroport deNotre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique)ont entamé peu après 7H30 mardi uneopération escargot en plusieurs points du périphérique nantais, sans toutefoisbloquer le trafic, a-t-on appris auprès du Centre régional d'information et decoordination routières (CRICR) ouest.

Selon le CRICR, ces "points de ralentissement" se situent aux portes de Retz, de Sautron et de Grand-Lieu. Les véhicules à l'origine de ces opérations, dont le nombre n'a pu être précisé dans l'immédiat, "roulent au ralenti mais ne bloquent pas les voies", a-t-on précisé de même source. Un convoi de tracteurs s'est également mis en branle au niveau de la porte de Rennes, a indiqué le CRICR. "Les répercussions sur le trafic sont pour l'instant assez limitées. Ca ne déborde pas trop par rapport à ce qu'on peut connaître d'habitude sur le périphérique", a-t-on encore précisé. Durant la nuit des banderoles proclamant "Notre-Dame-des-Landes: ni procès, ni expulsion" ont été accrochées sur plusieurs ponts surplombant le périphérique nantais, selon un représentant des occupants de la Zone d'aménagement différé dédiée au projet, rebaptisée "zone à défendre" par les opposants.

Trahison

Cette nouvelle mobilisation des opposants au projet d'aéroport intervient à la veille d'une audience à risques mercredi, qui se penchera sur l'expulsion de onze familles et quatre agriculteurs "historiques" installés sur le périmètre de la ZAD. La société Aéroports du Grand Ouest (AGO), filiale du groupe Vinci et concessionnaire du site, réclame leur expulsion immédiate, assortie d'une astreinte journalière de 200 à 1.000 euros et d'une mise sous séquestre de leurs biens et cheptels s'ils n'obtempèrent pas. Les opposants accusent eux François Hollande d'avoir "trahi" son engagement, pris en 2012, de geler les expulsions tant que les recours déposés contre le projet n'avaient pas été épuisés, ce qui inclut, selon eux, les procédures d'appel. Pour obtenir du chef de l'Etat "l'abandon immédiat des procédures d'expulsion", plusieurs milliers d'opposants - entre 7.200 et 20.000, selon les sources - avaient déjà manifesté samedi sur le périphérique nantais, totalement bloqué à la circulation. Lundi après-midi, des agriculteurs avaient également mené des blocages sur plusieurs axes routiers autour de Nantes, sur des routes départementales et au niveau de rond-points, à l'aide de "80 tracteurs au total et de véhicules". Selon l'organisation de paysans Copain44, trois agriculteurs participant à une de ces opérations escargot ont été interpellés et placés en garde à vue, et leurs tracteurs saisis.

Source avec AFP

Sur le même sujet

Commentaires 13

CHABLE533

Je me permets une précision les agriculteurs qui ne veulent pas partir aujourd'hui n'ont pas touché d'indemnités ils ont eu le choix et ont fait celui de la terre et non des sous de AGO-Vinci. Le paradoxe est le suivant les terres libres vont être louées aux agriculteurs des environs pour l'année puisqu'il n'y aura pas de travaux au printemps et ceux qui sont toujours installés pourraient être expulsés et voir leurs terres louées à d' autres...
Elle est où la cohérence politique la dedans ?

ddx

c est honteux de faire une cop 21 pour réduire les gaz a effet de serre et derière de construire un nouvel aéroport donc développé le transport aérien qui a une lourde responsabilité pour le réchauffement climatique( sans compté tout le gasoil qu il faudra pour le terrassement de aéroport)
mais bon pour nos politique ce n est pas l avion qui pollu, mais les vaches!!!!

galipious

notre dame des landes les gens qui sont expropries ont du toucher les indemnisations depuis fort longtemps et l etat leur a laisse la jouissance de leurs bien jusque au debut des travaux et maintenant ils ont place l indemisation et ne veulent plus partir ...cherchez l erreur

Toise120

De la terre pour nourrir
Pas de béton pour
Atterrir
Les Belinistes sont plutôt pour mais pas chez eux

CHABLE533

Je ne comprends pas ce commentaire "faut dégager ces zadistes". Ces 5 agriculteurs ne sont pas des zadistes mais bien des collègues qui pour certains sont là depuis plusieurs générations, doit on leurs reprocher d'être attachés à leurs terres ? En tout cas moi je le serais. C'est aussi tout à leur honneur d'avoir refusé les indemnités de AGO-Vinci, ils ne sont pas "précaires" mais risquent juste de se retrouver sans ferme. Je suis toujours surpris du peu d'enclin qu'a la profession à les soutenir, il ne s'agit pas de refuser tout ouvrage d'aménagement du territoire mais de s'opposer à la construction d'un énième aéroport dans l'ouest alors que ceux qui existent peinent à dégager des bénéfices, sans compter l' opération spéculative de récupérer l'ancien aéroport pour de l'immobilier. Cela fait beaucoup pour paraître honnête.

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier