Obésité : Taxer les produits trop gras, trop sucrés

SC

Un rapport remis à Bercy et au ministre de la Santé préconise de taxer davantage les boissons sucrées et certains aliments trop gras, trop sucrés ou trop salés, afin de lutter contre l'obésité.

Ce rapport de l'Inspection générale des finances (IGF) et de l'Inspection générale des affaires sociales (Igas) propose une hausse de la TVA de 5,5% à 19,6% sur les produits « trop gras, trop sucrés, trop salés qui ne sont pas de stricte nécessité » ; une hausse des droits d'accises sur les boissons sucrées ; et une hausse de la TVA sur le snacking : produits de grignotage, sandwichs, pizzas, hamburgers, etc. Le document plaide également pour un accroissement de la fiscalité sur l'alcool.

Des hausses justifiées par le fait que si les déséquilibres alimentaires perdurent, les troubles et pathologies chroniques vont augmenter et mettre en danger l'avenir du financement de la protection sociale. Le surpoids et l'obésité favorisent, en effet, la survenue de maladies cardiovasculaires, du diabète voire de certains cancers.

« La possible augmentation de la TVA n'est pas à l'ordre du jour », a toutefois indiqué au quotidien Les Échos, le cabinet de M. Woerth, précisant que le rapport ne sera pas rendu public avant la fin août. Il semble peu probable que ces taxes nutritionnelles soient proposées lors des textes budgétaires de l'automne, en raison de l'actuelle inflation sur les produits alimentaires. Les populations les plus défavorisées, qui se nourrissent le moins bien, pourraient, en outre, être les plus pénalisées par cette taxation.

Publié par SC

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier