OGM : L'étude Séralini définitivement rejetée par Bruxelles

S C

OGM : L'étude Séralini définitivement rejetée par Bruxelles

L'Autorité européenne de sécurité des aliments (Efsa)annonce qu’elle rejette définitivement les conclusions de l'étude controversée du professeur français Gilles-Eric Séralini sur la toxicité du maïs NK 603 et de l'herbicide Roundup de Monsanto.

Dans son examen final, l'Autorité a confirmé son analyse initiale selon laquelle les conclusions des auteurs ne pouvaient pas être considérées comme étant scientifiquement fondées en raison des « lacunes constatées dans la conception, le système de rapports des données et l'analyse de l'étude telles que décrites dans l'article ».

Par conséquent, l'Efsa estime qu’il n'est pas possible de tirer de conclusions valables sur l'occurrence des tumeurs chez les rats testés. En se basant sur les informations publiées par Séralini, elle estime également qu'il n'est pas nécessaire de réexaminer les précédentes évaluations réalisées sur la sécurité du maïs NK063 ou de tenir compte de ces résultats dans l’évaluation menée actuellement sur le glyphosate.

Les  «lacunes» évoquées sont notamment : "des objectifs d'étude peu clairs, le nombre peu élevé de rats utilisés dans chaque groupe de traitement, un manque de détails concernant la formulation de l'alimentation et du traitement, des informations clés manquantes sur les méthodes statistiques employées et un rapport incomplet sur les facteurs résultants ».

L'agence précise qu'il s'agit des "conclusions des évaluations distinctes et indépendantes réalisées" par ses experts et par six State membres de l'UE, dont l'Allemagne, la France et l'Italie, à la suite de la publication de l'article dans la revue "Food and Chemical Toxicology". « L'Efsa a observé qu'un large consensus existait sur cette question au niveau européen", précise son communiqué.

Ce rejet n'est pas une surprise car les experts de l'Efsa avaient déjà jugé l'étude insuffisante sur plusieurs points. De son côté, l'organisme de recherche sur les OGM du professeur Séralini, le Criigen,  avait vivement mis en cause l'Efsa, dénonçant notamment sa "mauvaise foi" sur ce dossier.

Sur le même sujet

Commentaires 12

jobi

Apres toutes ces études,nous consomateurs qui croire,ilfaudrait plus de clarté et de responsabilitées.Si nous voulons innover,produire plus pour nourrir les habitants de la planète,faut-il profiter de nouvelles technologies en prenant soin de les valider par des instances neutres

jobi

Apres toutes ces études,nous consomateurs qui croire,ilfaudrait plus de clarté et de responsabilitées.Si nous voulons innover,produire plus pour nourrir les habitants de la planète,faut-il profiter de nouvelles technologies en prenant soin de les valider par des instances neutrs

damien36

@geo: très bonne réplique!!!

geo

@Raboliot: De la même façon, comment pouvons-nous croire à la "neutralité" de Monsanto ou en celle des agences françaises et européennes de régulation?

raboliot

mr seralini est contre le grand capital et contre les ogm avant d etre chercheur comment pouvons nous croire au serieux de son etude

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires