OMS : Revoir le système de surveillance de la grippe porcine

SC

L'OMS estime indispensable de revoir la liste des épizooties à surveiller de manière permanente pour y inclure la grippe porcine en raison de ses implications pour la santé humaine.

Contrairement à la grippe aviaire, la grippe porcine ne fait pas partie des maladies animales qui doivent être signalées aux autorités internationales. « Elle passe en dessous du radar des autorités de santé animale car elle est considérée comme bénigne », regrette le Dr Peter Ben Embarek, directeur pour la sécurité des aliments à l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Il estime qu'il va falloir revoir le système de surveillance côté animal pour y inclure ce genre de maladie. Objectif : repérer les menaces infectieuses au stade animal, avant le stade humain, afin de permettre une riposte précoce.

La première phase d'alerte pandémique de l'OMS est déclenchée lorsqu'un virus potentiellement dangereux est détecté chez des animaux mais qu'aucune infection vers l'être humain n'a été signalée. Dans le cas de la grippe A, on est passée rapidement au niveau d'alerte 4, sur une échelle de six, en raison de la propagation du nouveau virus entre humains.

Les équipes d'experts continuent de rechercher l'origine du nouveau virus qui a contaminé à ce jour 1.025 personnes, dont 26 sont mortes, dans 20 pays. Selon le Dr Embarek, la chaîne d'infection entre l'animal et l'homme devrait être établie assez rapidement. « C'est probablement un virus qui peut circuler en aller et retour entre l'être humain et le porc », a-t-il estimé en commentant la découverte, ce week-end au Canada, d'une possible infection d'un élevage de porcs par un homme.

Source d'après AFP

Publié par SC

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires