PAC après 2013 : Un nouveau Président JA national pour négocier la PAC après 2013

Damien Marty, président des JA24

La fin de la PAC telle que nous la connaissons arrive à grand pas. Dans 3 ans nos exploitations seront soumises à des règles qu'aujourd'hui nous ne connaissons pas, mais auxquelles nous devrons nous adapter très vite. Néanmoins une chose semble sûre : nous allons vraisemblablement entrer de plain-pied dans l'ère de la mondialisation, vers laquelle l'OMC veut nous précipiter depuis longtemps.

Dans ce contexte, nous nous félicitons particulièrement de l'élection de Jean-Michel Schaeffer à la tête des Jeunes Agriculteurs au niveau national. Nous avions pu échanger avec lui sur les défis qui nous attendent dans les années à venir lors de sa venue dans notre département en mai dernier. Il avait alors participé au conseil d'administration des JA24, ce qui nous a permis de le connaître avant son élection en juin à la tête de JA national. Agriculteur dans le Bas Rhin, à la frontière avec l'Allemagne, il a pleinement conscience des problématiques de distorsion de concurrence entre pays européen, mais également de la différence de modèle agricole entre les différents pays de l'Europe, qui n'auront pas les mêmes intérêts ni les mêmes enjeux que nous dans la réforme de la PAC.

Pour lui comme pour nous, l'essentiel est de redonner de la compétitivité à l'agriculture française. C'est par cette voie que nous pourrons installer davantage de jeunes dans des conditions viables et vivables, mais également conforter les installations des jeunes agriculteurs du département. Nos exploitations, aujourd'hui trop dépendantes de la PAC, ont besoin d'être concurrentielles. Cela passe bien sûr par des prix rémunérateurs pour nos produits, et nous y travaillons fortement avec la mise en place de la marque Périgord. Mais cela ne pourra se faire qu'avec une harmonisation des contraintes sociales, environnementales et sanitaires au sein de l'Europe. Enfin jamais nous ne pourrons maintenir une agriculture vivante, dynamique et à échelle humaine si nous ne mettons pas en place un système de régulation des prix agricoles au niveau européen.

Cette vision de l'avenir de notre métier, Jean Michel Schaeffer aura la lourde de mission de la porter lors des négociations ardues qui s'annoncent pour la PAC 2013. A notre niveau, nous allons continuer à sensibiliser nos responsables politiques en vue de cette réforme qui risque d'être cruciale pour l'avenir de l'agriculture française et périgourdine.

Source JA24

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier