PAC: le ministre tranche, et suscite la colère des agriculteurs comme des ONG

AFP

PAC: le ministre tranche, et suscite la colère des agriculteurs comme des  ONG

Le ministre de l'Agriculture Stephane Travert a annoncé jeudi une redistribution des aides européennes afin de remédier à une partie des déficits creusés notamment par le boom de l'agriculture biologique, suscitant la colère d'organisations agricoles et environnementales.

Stéphane Travert "a décidé un transfert à hauteur de 4,2% des montants des crédits du pilier I de la PAC (politique agricole commune) vers le pilier II", a annoncé le ministère jeudi dans un communiqué, très attendu par les professionnels du secteur. Ce taux de transfert de crédits a immédiatement été jugée "inacceptable" par la FNSEA, syndicat agricole majoritaire, car il prive selon elle les exploitants agricoles d'aides qui auraient été bienvenues au moment où le secteur "traverse une crise grave avec des prix de marché qui ne couvrent plus les coûts de production". C'est un "très mauvais signal à l'heure du lancement des Etats généraux de l'Alimentation" a ajouté la FNSEA. Les céréaliers, notamment, étaient farouchement contre cette mesure, réclamant depuis plusieurs jours qu'aucun nouveau transfert n'ait lieu.

Le pilier I de la PAC, consacré aux aides à l'hectare, profite massivement aux céréaliers et à l'agriculture dite conventionnelle. Le pilier II consacré au "développement rural" profite surtout aux exploitations de zones de montagne, à l'installation de jeunes agriculteurs et au développement du bio. "Ces choix", fait valoir le ministère, sont motivés par la "volonté" du ministre "que les crédits de la PAC servent l'ensemble de l'agriculture française, avec une attention particulière aux zones les plus défavorisées et aux secteurs fragiles comme l'élevage" (...), un des rares secteurs qui n'ait pas fait entendre sa voix, jeudi.

Opérer ce tranfert maintenant, "ça permet de lisser l'effort sur ce qu'on prélève sur une période plus longue", fait-on valoir dans l'entourage de Stéphane Travert, affirmant que "le ministre a veillé à ce que l'impact soit le moins fort possible". Pour justifier sa décision, le ministère évoque notamment le "montée en puissance du bio", et l'assèchement des aides européennes -gérées par les régions- prévues pour aider à la conversion en bio et au maintien des exploitations bio.

"Sabotage" des aides au bio   

Mercredi, devant la commission des Affaires économiques de l'Assemblée nationale, M. Travert avait indiqué s'être retrouvé devant "une impasse financière de près de 853 millions d'euros" pour le financement du pilier II jusqu'en 2020. Mais les organisations environnementales, au premier rang desquelles Greenpeace, estiment pour leur part que le gouvernement n'est pas allé assez loin et s'est livré à un "sabotage" des aides à la bio. 

Le ministre "vient une nouvelle fois de donner la priorité à l'agriculture conventionnelle", dénonce l'ONG qui craint que le transfert ne bénéficie "au final qu'aux zones de montagne", et "pas du tout au financement de l'agriculture biologique ou des mesures agro-environnementales".Ce transfert est bien en deçà de ce que souhaitait la principale organisation d'agriculteurs bio en France, la FNAB, qui réclamait un "vrai choix" en faveur d'une transition agricole et environnementale. Le gouvernement "a clairement laissé la FNSEA arbitrer la PAC 2018", a renchéri le syndicat agricole Confédération paysanne, classé à gauche, qui évoque une "trahison" et estime qu'on "sacrifie l'agriculture biologique".

Mais la "Conf" déplore surtout une autre annonce faite jeudi par le ministre, le maintien à 10% du paiement redistributif, une aide qui s'ajoute aux paiements "de base" pour valoriser les productions à forte valeur ajoutée ou génératrices d'emploi, notamment pour les petites fermes. Le syndicat réclamait une majoration supérieure pour les petites fermes familiales. Le maintien au montant actuel peut être interprété comme un geste à l'égard des céréaliers, qui étaient fermement opposés à tout changement du dispositif.

Sur le même sujet

Commentaires 54

jean

en 2014 il y a déja eu 10% des aides Pac du 1° pilier passé au second.Ni l'état ni les Régions elles étaient a majorité vert ps n'ont publié des bilans des engagements pris avec l'argent du developpement rural.Ce n'est pas aux paysans a payer les corridors écologiques pour tritons,les frais de réintroduction du Loup.Malheureusement c'est ce que fait Travers

fred suite

Le vendredi, Mr Macron promet pour que le projet européen perdure que la France peut encore plus contribuer au budget européen..
Le samedi, Mr Macron visite le matin un nouveau centre d’accueil flambant restauré et l’après-midi c’est un discours au medef.
Le dimanche, Mr Macron organise une garden- party avec des amis influents qui veulent faire évoluer la législation pour rendre demain juteux un nouveau concept ou réclamer une nouvelle norme rendant le recours à un bureau d’études incontournable pour telle activité, bureau d’études dont le directeur est la fille de l’ami puissant
L’agriculteur, comme le travailleur assidu est le cou... dans un avenir sans perspective abandonné aux opportunistes et profiteurs

fred suite

Pourtant un concordat pour l’agriculture serait salutaire, les prix agricoles à la production doivent augmenter, bénéficier d’un rattrapage historique (ex prix blé inférieur à celui des années 1980).
Il arrivera l’heure où la communication ne sera plus un rempart.
Le lundi, Mr Macron nomme Mr Hulot pour plaire aux bourgeois écolo
Le mardi Mr Macron va au G20 pour plus de mondialisation
Le mercredi Mr Macron va visiter une ferme pour dire qu’il va sortir les agriculteurs de l’ornière.
Le jeudi, Mr Macron vend une usine en Chine clé en main mais avec les plans et un engagement d’accueillir 5000 étudiants chinois dans des laboratoires de pointe.

fred suite

Espérant que nous comprendrons très vite que les enjeux environnementaux, le développement durable sont les armes de nouveaux « monsanto », c’est un nouveau business dont le seul argument commercial est de dénigrer la concurrence qui a fait ses preuves .
Le contestataire est toujours frustré de ne pas voir sa contestation, sa revendication aboutir. Plus que jamais les détracteurs de l’agriculture sentent que leur opposition peut aboutir pour les raisons simples que l’électorat agricole est marginal en nombre et les syndicats agricoles divisés artificiellement

fred suite

Combien de mort à cause des nitrates, aucun
La responsabilité des néonicotïnoides dans la disparition des abeilles est nulle au regard du varroa et autres pratiques apicoles.
Pour autant, l’agriculture paie très cher l’affaire de la vache folle et les pratiques vénales des fabricants d’aliments du bétail, la fraude à la viande de cheval, la déforestation de Bornéo, la politique de l’otan à l’encontre de la russie.
Ménageons les praticiens écoutons les ; non à la dictature des ong, des réseaux sociaux.

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires