PAC : Les syndicats réagissent au discours de Nicolas Sarkozy

Les principaux représentants des agriculteurs ont salué le discours du président Nicolas Sarkozy, qui s'est dit « prêt » à une crise en Europe pour défendre la politique agricole commune (PAC).

« Enfin! », a déclaré Jean-Michel Lemétayer, président de la FNSEA, premier syndicat agricole français. « Le président entend enfin la crise agricole. Il entend enfin la détresse du monde paysan qui s'est fortement mobilisé à l'automne contre cette politique ultra libérale qui ne fait que broyer les agriculteurs », a-t-il ajouté.

Saluant la « détermination » du Président, M. Lemétayer a estimé que le chef de l'État avait désormais l'occasion de la confirmer en actes lors des prochains rendez-vous européens qui vont avoir lieu d'ici la fin de son mandat. « Le président de la République a pris la dimension de la crise dans laquelle l'agriculture se trouve », a déclaré le président des Chambres d'agriculture Guy Vasseur. Selon lui, Nicolas Sarkozy « est en train de dire ‘stop' au libéralisme débridé ».

Quant à la Coordination rurale, son président François Lucas se « félicite de la position très claire » du chef de l'État. « Nous pensons que c'est à la France d'occuper le vide politique en matière de vision d'une agriculture européenne, qui n'a cessé de se transformer en 27 visions d'une politique agricole nationale », a-t-il ajouté.

La Confédération paysanne est en revanche restée plus prudente, fustigeant la politique agricole menée jusque là par le gouvernement français. « Le gouvernement français n'a jusqu'à maintenant pris aucune décision pour aller jusqu'à la crise. Au contraire, il accompagne encore le libéralisme par la mise en place de mauvais outils que sont contractualisation, assurances privées (...). Il est temps d'agir dans le sens des paroles ou alors, il faut arrêter de parler », selon un communiqué.

Des négociations sur la PAC pour la période 2013-2020 doivent commencer cette année entre pays européens.

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier