PAC : Plusieurs Etats contre l'option d'une suppression des aides directes

La France, l'Italie, et l'Allemagne ont rejeté une suppression des aides directes aux exploitants dans le cadre de la Politique agricole commune (PAC), option envisagée dans un document de la Commission européenne sur la réforme du budget européen.

« Il y a des choses qui ne sont pas acceptables pour la France », a souligné le ministre français de l'Agriculture, Bruno Le Maire. « On a besoin de moyens d'intervention (sur les marchés), on a besoin de filets de sécurité, on a besoin évidemment d'avoir des soutiens financiers aux exploitations, notamment pour leur permettre d'avancer dans l'agriculture durable », a insisté M. Le Maire. « C'est un point de consensus entre une grande majorité d'Etats européens », a-t-il précisé.

« Les positions sont connues », a confirmé le secrétaire d'Etat allemand à l'Agriculture, Robert Kloos, dont le pays a signé avec la France une « position commune » sur la réforme de la PAC qui défend ces idées. L'Italie aussi considère comme une priorité de « donner une réponse au plus grand défi des années passées, c'est-à-dire la volatilité des prix », a dit le ministre italien Giancarlo Galan.

Bruxelles envisage trois options pour réformer la PAC

La première consisterait à « se limiter à éliminer certaines disparités existant actuellement en garantissant par exemple une plus grande équité dans la répartition des aides directes entre États membres et agriculteurs ».

La seconde option prône une « révision approfondie » de la PAC pour qu'elle « devienne plus durable » et « en instaurant une approche plus ciblée des priorités ».

En troisième option, une « réforme plus radicale » qui consisterait à abandonner « progressivement l'aide au revenu et la plupart des mesures de marché » en « donnant la priorité aux objectifs en matière d'environnement et de changement climatique par rapport aux dimensions économique et sociale de la PAC ».

Maintenir l'enveloppe budgétaire

La part de la PAC dans le budget global de l'UE, aujourd'hui autour de 40%, a « tendance à diminuer ». Elle était de 65% au milieu des années 1980. « Ma première préoccupation pour la PAC, c'est de garder le niveau actuel des ressources, parce que personne nous a encore dit que c'est assuré », a souligné M. Galan. Pour M. Le Maire aussi, la PAC doit « disposer de ressources suffisantes et à la hauteur de ses ambitions ».

Le commissaire européen en charge de l'Agriculture, Dacian Ciolos, doit présenter le 17 novembre les grandes lignes de la réforme de la PAC après 2014. La semaine dernière, il avait plaidé pour « maintenir une enveloppe budgétaire stable pour la PAC », arguant que « nous allons demander davantage aux agriculteurs pour faire face au changement climatique et aux autres défis de demain ».

Source AFP

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier