Paille : des besoins… quand même

Loire-Atlantique Agricole www.agri44.fr

Après une année 2011 placée sous le signe de la sécheresse et d’une gigantesque opération de solidarité pour approvisionner les éleveurs en paille, 2012 se déroule sous d’autres auspices. Tour d’horizon avec Mickaël Trichet, vice-président de la FNSEA 44, habitué à la gestion d’opération paille.

2011 était synonyme de sécheresse, comment peut-on qualifier 2012 ?
L’année était très mal engagée et on a craint un nouvel épisode climatique désastreux. Heureusement, la météo a changé début avril et a amené des précipitations tout à fait bienvenues pour aider à la pousse de l’herbe. Depuis, la pluie ne s’interrompt presque pas et complique la récolte de foin dans certains cantons du département. La situation fourragère est donc globalement satisfaisante, d’un point de vue quantitatif, même si la qualité n’est pas toujours au rendez-vous.

Une opération de solidarité paille est-elle envisagée pour cette année ?
Heureusement non, car cela voudrait dire que les éleveurs n’auraient pas reconstitué leurs stocks. Le comité calamités agricoles s’est réuni début avril car nous étions extrêmement vigilants par rapport à la situation météorologique à l’époque. Mais l’évolution positive a conduit à ne pas envisager d’opération de grande envergure cette année. Ceci étant, j’encourage les éleveurs à stocker leurs fourrages pour se prémunir des épisodes de sécheresse que nous pourrions à nouveau connaître à l’avenir.

Cela signifie-t-il que personne n’aura besoin de paille cette année ?
La Loire-Atlantique est un département très herbagé, qui n’est pas autosuffisant en paille. Donc chaque année, beaucoup d’éleveurs s’approvisionnent soit localement, mais surtout en faisant appel à des marchands de paille qui se fournissent dans les départements céréaliers. Il en sera de même cette année, c’est pourquoi j’incite les éleveurs à se rapprocher de leurs fournisseurs habituels.

Est-il facile de trouver de la paille aujourd’hui ?
Contrairement à ce que l’on pourrait penser, la paille ne se trouve pas si facilement que cela. Si on exclut les régions touchées par le gel en début d’année, qui sont dans une situation particulière, le territoire français garde certains stigmates de l’opération paille l’an passé. En Loire-Atlantique, nous nous sommes bien comportés et c’est notamment grâce à un partenariat solide avec la FDSEA de l’Oise. Mais certains céréaliers ne souhaitent pas, et à juste titre, voir des andains ou des ballots dans leurs parcelles jusqu’en septembre. Ils rechignent donc à vendre la paille. C’est pourquoi la FNSEA 44 entretient des liens avec d’autres fédérations départementales pour trouver de la paille plus facilement. J’invite donc les éleveurs intéressés à faire remonter leurs besoins auprès du service animation de la FNSEA 44.

Propos recueillis
par Jean-Philippe Arnaud

Opération paille 2012 FNSEA 44 - JA 44
Faites connaître vos besoins avant le 11 juillet auprès du ser­vice
animation au 02.40.16.37.45 ou par mail à : 44@fnsea44.com.fr
Vous pouvez aussi télécharger le bulletin de pré-réservation sur
la page d’accueil de www.agri44.fr, puis bloc « Opération paille ».

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier