Paris lance un plan pour manger et produire bio et local

Paris lance un plan pour manger et produire bio et local

Manger et produire davantage bio et local, aider les agriculteurs autour de Paris, composter les déchets, font partie des objectifs d'un grand plan "alimentation durable et agriculture urbaine ", qui sera présenté lundi en Conseil de Paris, a annoncé vendredi la maire PS Anne Hidalgo.

Il "s'agit de promouvoir une nouvelle agriculture", produite et consommée localement et garantissant des produits de qualité, selon ce plan, qui met en oeuvre des dizaines d'initiatives, certaines déjà démarrées, d'autres qui feront l'objet de mises au voix. Même si Paris "s'est engagé sur l'agriculture urbaine", en ouvrant des programmes de végétalisation de toits ou de jardins, la capitale ne sera "jamais autosuffisante sur le plan alimentaire", a indiqué Mme Hidalgo devant la presse, à la Ferme municipale de Paris dans le bois de Vincennes.

"Nous avons besoin d'un travail étroit avec les agriculteurs" autour de Paris et au-delà, pour des raisons de santé, des raisons écologiques et pour soutenir les producteurs. "Souvent, on nous caricature comme +ces bobos qui veulent redécouvrir la nature+, ce n'est pas vrai, les Parisiens sont conscients de leurs responsabilités", a-t-elle ajouté.  

"Parisculteurs"

Le plan prévoit ainsi de privilégier les circuits courts, soutenir les commerces alimentaires, développer les fermes urbaines, créer des partenariats avec les agriculteurs. Avec l'objectif de végétaliser 100 hectares d'ici 2020, dont un tiers pour l'agriculture urbaine, une deuxième opération "Parisculteurs" sera lancée. Une école de permaculture et une vingtaine de jardins partagés seront créés. Paris va faire pousser de l'orge et du houblon pour créer avec de brasseurs la "bière de Paris".

Un "quai fermier" sera ouvert sur les berges de Seine et un accord de partenariat signé avec la Garde Républicaine pour récupérer le fumier des chevaux pour engrais. Un grand plan compost vise également à faire de Paris d'ici 2020 un territoire "zéro déchet", avec le développement de sites de compostage dans les immeubles. Il intègre également l'objectif, déjà lancé en 2015, d'atteindre 50% de bio d'ici 5 ans dans les 1.200 restaurants collectifs municipaux parisiens, (crèches, cantines scolaires, collèges, restaurants du personnel, maisons de retraite...) qui servent chaque année 30 millions de repas.

Source Avec AFP

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier