Pauline LATAPIE, chargée de missions à la FNCUMA, primée au Prix AREA 2016

FNCUMA

Pauline LATAPIE FNCUMA
Photo Thierry SAMUEL

Trois jeunes diplômés ont reçu le Prix AREA de recherche en économie et gestion agroalimentaires à l’ISARA à Lyon, le 1er décembre. Parmi les lauréats, Pauline LATAPIE, Chargée de missions économie gestion et politiques publiques à la FNCUMA.

Elle est distinguée pour son Mémoire de fin d’études, « Détermination des freins et leviers au développement des abattoirs de proximité en sociétés coopératives d’intérêt collectif (SCIC) », Mastère Spécialisé ACTERRA / Action publique pour le développement durable des territoires et de l’agriculture

Son parcours

Après une école d’ingénieur agronome, par la voie de l’apprentissage, à Bordeaux (Bordeaux Sciences Agro) avec la spécialité « création, reprise et management des exploitations agricoles » elle intègre un Mastère Spécialisé à AgroParisTech Agrosup Dijon, (ACTERRA), action publique pour le développement durable des territoires et de l’agriculture, avec la spécialité « politique agricole et développement rural ».

Dans le cadre de ce Mastère Spécialisé, elle a effectué un stage à la FNCUMA où elle a réalisé un mémoire de fin d’études sur la problématique du maintien des abattoirs de proximité avec l’objectif de déterminer les freins et leviers au développement de cet outil territorial en SCIC.*

Un mémoire sur un sujet complexe mais socialement et économiquement essentiel dans le cadre des mutations en cours.

Suite à l’engouement des producteurs et des consommateurs pour les circuits courts ces dernières années et à la fermeture de nombreux abattoirs de proximité, la question du maintien de ces derniers pour les animaux de boucherie est apparue au sein du réseau Cuma, comme dans l’ensemble des réseaux de développement des circuits courts.

Cependant, ces outils structurants du territoire et facteurs de développement d’une économie de proximité semblent nécessiter la présence de différents acteurs du territoire pour s’inscrire durablement. En effet, la faible rentabilité de cette activité et le besoin en financement requis pour maintenir ce type d’outil ne semblent pas permettre un portage unique, d’autant que l’ensemble des initiatives se sont rapidement heurtées aux limites statutaires du statut coopératif agricole, où seuls les agriculteurs peuvent adhérer et bénéficier des services d’une Cuma.

Les réponses à apporter se sont donc orientées vers de nouveaux jeux d’acteurs, plus ouverts : Les SCIC. Les particularités des SCIC en font un outil qui permet entres autres d’apporter des réponses aux attentes sociétales autour de la problématique du maintien des abattoirs de proximité sur le territoire. Il offre la possibilité de faire adhérer à la coopérative tous les acteurs concernés par son activité. Cette nouvelle façon de coopérer ouvre ainsi des pistes de développement intéressantes pour les acteurs du territoire et leurs réseaux.

Pour Franck THOMAS, Directeur adjoint de la FNCUMA et maître de stage de Pauline « Je me réjouis de ce prix à double titre : individuel pour Pauline que je félicite pour son remarquable travail et son investissement ; mais également sur un plan coopératif et de développement, puisqu’il met l’accent sur le travail de réflexion entreprit depuis des années par la FNCUMA sur l’étude d’une nouvelle forme coopérative multisociétariale. »

 

* A consulter sur le site de l’Inter-Réseaux SCIC : http://www.les-scic.coop/export/sites/default/fr/les-scic/_media/documents/2015_Pauline_Latapie_Thxse_professionnelle.pdf

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier