Philippe confirme un plan de 50 mds EUR d'investissements piloté par Pisani-Ferry

Philippe confirme un plan de 50 mds EUR d'investissements piloté par Pisani-Ferry

Le Premier ministre, Édouard Philippe, a confirmé mardi le plan d'investissement de 50 milliards d'euros sur cinq ans promis par le président Emmanuel Macron et a annoncé qu'il serait piloté par l'économiste Jean Pisani-Ferry.

"Nous lancerons un grand plan d'investissement de 50 milliards d'euros dans les domaines de la transition écologique, du développement des compétences, de la santé, des transports, de l'agriculture et de la modernisation de l'État", a dit M. Philippe lors de sa déclaration de politique générale devant l'Assemblée nationale. "J'ai missionné Jean Pisani-Ferry pour le concevoir et préparer son développement", a ajouté le Premier ministre, soulignant qu'une part de cet investissement "viendra financer des réformes structurelles de notre économie et de la sphère publique".   Agé de 65 ans, M. Pisani-Ferry est considéré comme l'homme orchestre du programme de M. Macron. Le président avait annoncé pendant la campagne ce plan de 50 milliards d'euros d'investissements publics, prônant le recours à l'endettement public en profitant des taux d'intérêt actuellement très bas.  

"Nous dansons sur un volcan"

M. Philippe a aussi confirmé la réduction de l'impôt sur les sociétés de 33 à 25% d'ici 2022, tout en affirmant sa volonté de réduire les dépenses publiques. "Les entreprises doivent retrouver l'envie de s'installer et de se développer sur notre sol plutôt qu'ailleurs", a-t-il estimé sous les applaudissements des députés. "Une fiscalité au service de l'activité c'est important, mais investir dans les secteurs d'avenir est tout aussi décisif", a-t-il souligné.  

S'il s'est engagé à "faire baisser la pression fiscale d'un point du PIB sur cinq ans", le Premier ministre a aussi promis de "faire baisser la dépense publique de trois points de PIB sur la même période", ajoutant que la France ne "dépenserait pas plus en 2018 qu'en 2017". "Nous dansons sur un volcan qui gronde de plus en plus fort", a -t-il affirmé, voulant mettre fin à "l'addiction française à la dépense publique" et promettant de ramener le déficit public sous la barre des 3% dès 2017. En 2016, la dépense publique a représenté 56,4% du PIB en France. Les prélèvements obligatoires se sont quant à eux élevés à 44,4% du PIB.

Source Avec AFP

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier