Photovoltaïque : bonification pour les installations "made in Europe"

S C

Photovoltaïque : bonification pour les installations "made in Europe"
Concernant les centrales au sol, l’appel d’offres privilégiera le développement sur des sites dégradés (friches industrielles, anciennes carrières ou décharges etc.)

Pour relancer la filière photovoltaïque en France, la ministre de l’Ecologie et du Développement durable a présenté un ensemble de mesures. Les tarifs seront notamment augmentés de 5% pour les installations intégrées à la toiture et une bonification supplémentaire sera attribuée aux installations fabriquées en Europe.

Selon Delphine Batho,  les mesures présentées visent à atteindre le développement annuel d’au moins 1.000 mégawatts de projets solaires en France en 2013. Soit un doublement des volumes cibles qui était de 500 mégawatts par an. L’objectif est double : réorienter la politique de soutien vers la mise en place d’une  filière industrielle française rentable, permettant de réduire le déficit commercial du secteur solaire qui est estimé à 1,35 Mds € en 2011 et faire en sorte que le développement des énergies renouvelables soit créateur d’emplois.

Centrales au sol : privilégier le développement sur les friches

La ministre a transmis à la Commission de régulation de l’énergie (CRE) les conditions du prochain appel d’offres pour les grandes installations photovoltaïques (d’une puissance supérieure à 250 kilowatts). Cet appel d’offres, d’un volume de 400 mégawatts, sera destiné à parts égales aux technologies innovantes et aux technologies dites « matures » sur ombrières (parking) et toitures.

Concernant les centrales au sol, l’appel d’offres privilégiera le développement sur des sites dégradés (friches industrielles, anciennes carrières ou décharges etc.) pour éviter les conflits d’usage notamment avec les terres agricoles. Un second appel d’offres sera lancé au cours de l’année 2013, ciblant notamment d’autres technologies innovantes dans le domaine solaire.

Pour les installations moyennes sur toiture d’une puissance comprise entre 100 et 250 kilowatts, l’appel d’offres précédent sera poursuivi avec des conditions modifiées. L’appel d’offres accordera désormais une attention particulière à la contribution des projets à la protection du climat en intégrant un critère d’évaluation carbone du processus de fabrication des modules photovoltaïques.

Petites installations : Augmentation des tarifs

Pour les petites installations sur toiture (d’une puissance jusqu’à 100 kilowatts), la ministre a entériné le doublement des volumes cibles de 200 à 400 mégawatts par an. La grille tarifaire sera simplifiée pour mettre fin à la distinction faite entre installations selon l’usage du bâtiment. Les tarifs d’intégration simplifiée au bâti seront augmentés de 5% pour soutenir le développement des installations photovoltaïques incorporées à la toiture du bâtiment.

Tous les projets pourront également bénéficier d’une bonification supplémentaire allant jusqu’à 10% en fonction du lieu de fabrication des modules photovoltaïques pour prendre en compte les différences de coût observées et favoriser le « made in Europe ». Le tarif (T5) dédié aux autres installations* sera baissé de 20% mais également assorti de la bonification d’au plus 10%.

L’ensemble de ces mesures génèrera des investissements de plus de 2 milliards d’euros et permettra la création ou le maintien d’environ 10 000 emplois, selon la ministre. Leur coût annuel pour la collectivité est estimé par le Gouvernement entre 90 et 170 millions d’euros, soit environ 1€ à 2€ par an en moyenne par ménage.

Pour en savoir plus, cliquez ICI

* Ne remplissant pas les conditions de taille ou d’intégration définies dans l’arrêté du 4 mars 2011.

 

photovoltaique

Source Ministère de l'Ecologie, du Développement Durable et de l’Energie

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier