Picardie : Une récolte céréalière excellente mais une évolution des marchés incertaine

Agreste - Octobre 2009

En Picardie, la moisson estivale s'est achevée avec des rendements records qui font écho à ceux de 2008. Cependant les prix ne sont pas au rendez-vous et contribuent au climat ambiant morose. La production betteravière s'annonce sous de bons auspices même si la météo vient quelque peu contrarier la donne. Le prix du lait a repris une lente progression saisonnière.

Au niveau mondial la campagne de commercialisation 2008/2009 s'est caractérisée par une production en blé historiquement élevée. En dépit du recul annoncé, la campagne 2009/2010 semble se positionner en 2ème position en terme de record avec des stocks importants en blé qui se reconstituent.

La Picardie n'est pas en reste avec des rendements 2009 équivalents voire meilleurs que ceux de 2008. La moyenne régionale s'affiche à 92 q/ha pour le blé atteignant même les 94 q/ha pour le département de la Somme. La production globale de blé demeure donc au niveau régional de 2008 (soit 4,8Mt de blé) malgré un léger recul des surfaces emblavées. La qualité est plutôt moyenne. Notamment, le taux de protéine voisin de 11,2 est en léger recul par rapport à celui de l'an dernier (11,6) déjà faible. Le rendement régional en orge d'hiver est également excellent et atteint les 85 q/ha, confirmant une campagne culturale qui s'est déroulée sans encombre. Les orges de printemps demeurent à des niveaux élevés à 79 q/ha soit 12 quintaux de plus que la moyenne quinquennale 2004-2008.

2009 est aussi un bon millésime pour le colza avec une moyenne régionale à 42 q/ha qui conduit la production totale à plus de 450 000t, soit 20% de plus qu'en 2008. Si la récolte est excellente, le marché est lourd avec des vendeurs poussés à la rétention du fait du faible niveau des cours et des acheteurs qui tardent à s'engager. Ainsi les cours hebdomadaires du blé ont oscillé entre 126 et 129 €/t en juillet. Ils baissent ensuite régulièrement en août et septembre pour atteindre le niveau de 112 €/t fin septembre où ils semblent désormais stagner.

Un démarrage de la campagne de betteraves sucrières prometteur

Les estimations précoces pour la campagne de betteraves sucrières étaient particulièrement optimistes avec en ligne de mire une troisième année record. Le potentiel de rendement ramené à la norme se situait autour de 90t/ha. Les mois d'août et de septembre très secs ont cependant ralenti la croissance des plantes et le poids des racines s'en ressent. Cette situation devrait se traduire par des différences significatives de rendements entre secteurs, avec une moyenne qui restera vraisemblablement très bonne grâce à une richesse en sucre élevée. La récolte, qui a débuté dans la région plus tôt que l'an dernier, s'annonce donc abondante dans un contexte mondial déficitaire. Sur le plan commercial, les cours mondiaux du sucre sont très élevés et ont même récemment atteint le niveau du prix d'intervention (608,8$/t à Londres au 30/09). Cela permet d'envisager des possibilités intéressantes pour les betteraves hors quotas.

 

La sécheresse perturbe la campagne de pommes de terre de consommation

Ces deux derniers mois très secs ont fortement ralenti le grossissement des tubercules avec une forte disparité entre parcelles. Même si les surfaces irriguées permettront de préserver un certain niveau de rendement, cela ne suffira pas pour atteindre le résultat de 2008. Le rendement moyen est déjà annoncé en baisse de 10 à 15%. Au niveau commercial, c'est plutôt une position d'attentisme après une campagne primeur difficile. Le prix moyen de septembre 123 €/t est nettement inférieur au prix moyen annuel de la campagne précédente (155 €/t en chair normale lavée sac 10 kg). La pomme de terre de fécule semble plutôt bien tirer son épingle du jeu. Bien que le grossissement des tubercules ait été perturbé par le manque d'eau, la richesse en fécule est au rendez-vous. Au final le rendement attendu voisine 53 t/ha ramené à la norme.

Les vendanges en Champagne sont globalement abondantes pour la 6ème année consécutive

La récolte 2009 s'annonce très bonne pour la zone AOC avec une qualité du raisin parfaite qui promet un vin excellent. Le CIVC (Comité Interprofessionnel des Vins de Champagne) a fixé le Plafond Limite de Classement (PLC) à 14 000 kg/ha.

Compte tenu de l'état des réserves individuelles, la vendange moyenne autorisée s'annonce dans l'Aisne autour de 12 100 kg/ha en appellation. Le rendement agronomique du département ne devrait guère être plus élevé car la zone AOC de l'Aisne a subi en juin 2009 une attaque importante de mildiou qui a pénalisé la production.

Les cours des porcins et des bovins en baisse

Depuis le mois de juillet, le cours du porc charcutier classe E diminue régulièrement pour s'établir à 1,28 €/kg de carcasse en moyenne pour septembre. Il se situe donc à 15 % en retrait par rapport à 2008 et passe en dessous des cours de 2007 qui avait été une année particulièrement mauvaise. Après plusieurs mois de stabilité, le cours de la viande bovine marque un léger fléchissement avec un prix moyen du boeuf R à 3,10 €/kg net en septembre. C'est le niveau le plus bas depuis le début de l'année 2009.

Le prix du lait entame péniblement sa progression saisonnière

En Picardie, le prix du lait s'établit en août à 0,31 € le litre. Il a augmenté de 8 centimes depuis son niveau particulièrement bas de début de campagne. La progression est plus sensible dans l'Oise où il atteint 0,32 € le litre. Les livraisons cumulées depuis janvier 2009 s'établissent à 6,09 millions d'hectolitres et ont rattrapé le niveau de 2008 après un début d'année en recul.

Source Agreste

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier