PISE : Des projets de réserves en bonne voie pour se réaliser

Rédaction Vendée agricole

L’édifice mis en place avec le Pôle Irrigation et Stockage de l’Eau penche du bon côté. Le travail de validation des projets avec les services de l’Etat avance bien.

La semaine dernière, la commission de validation pour engager les projets de création des réserves s’est réunie à la préfecture, présidée par le préfet avec la participation des présidents de la chambre d’agriculture, de la FDSEA, des JA, des responsables eau ou leurs représentants ainsi que des services de la DDTM. 

Suite à la journée départementale d’Aizenay en juin dernier, un pôle irrigation et stockage de l’eau (P.I.S.E.) a été mis en place à la chambre d’agriculture. 

« Cette initiative était nécessaire et attendue pour accompagner et faire réussir les projets de stockage pour le département », explique Christian Aimé, président de la chambre d’agriculture qui apprécie que l’implication des responsables professionnels, conjointement avec les collaborateurs du P.I.S.E. « ait permis de mettre en place une lecture commune de la réglementation, une méthode d’approche pragmatique, co-portée à tous les niveaux et particulièrement en relation avec le directeur et les services de la DDTM. L’objectif étant d’obtenir une validation de la commission présidée par le préfet avant d’engager des études lourdes et coûteuses ».

Déroulement :

La chambre d’agriculture a réalisé les pré-études d’une trentaine de dossiers qui font l’objet d’un contrat entre le ou les exploitations désireuses de réaliser un plan d’eau et la chambre d’agriculture. L’objectif pour l’agriculteur est d’appréhender tous les paramètres qui peuvent bloquer la réalisation du projet. Si l’aspect réglementaire apparaît souvent aux yeux des exploitants comme le frein majeur, la faisabilité technique, la présence de terre en quantité suffisante sur le site, la difficulté de remplissage, ou le coût de création peuvent être rédhibitoires. La digue à édifier peut par exemple être trop importante par rapport au volume stocké, tout comme le coût du fonctionnement des pompes électriques qui peut ruiner tout espoir de rentabilité.

Les freins réglementaires - loi sur l’eau, zones humides, compensations éventuelles, cours d’eau, fossés, zonages, distances... - s’intègrent dans cette approche.

Evolution positive des dossiers :

Ce travail de pré-projet effectué avec les exploitants a été présenté à la commission début mars. Un travail complémentaire de terrain s’est fait avec une visite sur chaque projet (15 à ce jour) avec le PISE et les services de la DDTM. Le compte-rendu de cette visite vient s’ajouter à la pré étude et permet ainsi au préfet de valider la faisabilité soit par déclaration ou autorisation au cas par cas.

Après cette validation, la chambre d’agriculture propose de poursuivre le dossier, dans le cadre d’un partenariat avec la Sicaa études, (études techniques, dossier loi sur l’eau..) pour engager ensuite la création de la retenue.

Une nouvelle commission se tiendra dans un mois, de nouveaux dossiers seront à l’ordre du jour. Des discussions sont toujours en cours pour permettre la réalisation de retenues en ZRE à partir d’un remplissage hivernal.

De nouveaux échanges réguliers avec les services de l’Etat sont prévus dans les semaines à venir.

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires