Plan "Agriculture-innovation 2025" : pour une agriculture innovante et durable

Plan "Agriculture-innovation 2025" : pour une agriculture innovante et durable

Le gouvernement va mettre en place un comité de pilotage pour mettre en œuvre les 30 projets présentés dans le rapport "Agriculture innovation 2025" remis jeudi au gouvernement.

Ce rapport a été présenté au ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll et aux secrétaires d'État chargés du Numérique, et de l'Enseignement supérieur et de la Recherche. "Le comité de pilotage associera l'ensemble des acteurs ayant écrit le rapport et nous allons réfléchir sur la manière d'en intégrer d'autres", a indiqué M. Le Foll.

Le gouvernement avait demandé il y a six mois à quatre rapporteurs venus de différents horizons de plancher pour révolutionner l'agriculture à l'horizon 2025: les dirigeants de l'Inra, de l'Irstea, (organisme de recherche sur l'environnement et l'agriculture), de l'Acta (réseau des instituts des filières animales et végétales dédiés à la recherche appliquée) ainsi que Pierre Pringuet, président du conseil d'administration d'AgroParisTech. 

Une agriculture compétitive et respectueuse de l’environnement

300 personnes ont été consultées pour mettre au point 30 projets, qui combinent une centaine d’action dans les domaines du numérique, de la transition agro-écologique, de la bioéconomie, des technologies (robotique, biocontrôle, génétique et biotechnologies), de la création d'outils d'évaluation mais aussi de l'innovation ouverte et de la formation. Le rapport préconise notamment la création d'un portail de données à vocation agricole pour développer l'innovation numérique ouverte, ainsi que l'installation de plusieurs laboratoires du vivant qui permettront non seulement d'expérimenter mais aussi de diffuser rapidement les innovations sur le terrain.

Chacun de ces projets est traité de manière très concrète avec les actions à mener, les acteurs à mobiliser et même les dispositifs de financement potentiels au niveau français, européen, ou auprès du secteur privé. "Nous avons les moyens de financer ce rebond" a en effet assuré le secrétaire d'État à la Recherche Thierry Mandon qui a indiqué être en train "de travailler à un troisième programme des investissements d'avenir (PIA 3) qui aura encore un fort accent agricole".

M. Le Foll a pour sa part indiqué que le gouvernement travaillait à la mise en place d'une présentation sur les financements à travers l'agence nationale de la recherche (ANR) ou le PIA 3, lors d'un "colloque avant le salon de l'agriculture".

Source AFP et Ministère de l'Agriculture, de l'Agroalimentaire et de la forêt

Sur le même sujet

Commentaires 6

Zéro GES + zéro PAC = agriculture durable

Tout à fait d'accord avec tous les post que l'on peut lire plus haut.

CLOCHE215

innover a un cout!! les moyens font défaut dans notre chère agriculture parce qu'il y a un revenu de travail inexistant...

causserouge

eleveur dans une region des plus arides du pays depuis 40 ans mes methodes ont peu change couts de production bas batiments et materiel modestes et revenu que je souhaiterai a tous pour moi innovation=ruine

marin 347

ses sure quelle sera innovante il y en aura plus

degouté

Je dis au maitre chanteur et ses conseiller en agro de venir faire une demonstration en s installant, de vivre avec 4184 euros par an zt enc supprimant ttes les aides bio et conventionnelles, pas de jalou, il faut etre liberal jusqu au bout, pas de distorsion, et que ce soit la loi du merite et non a l ideologie
Si on passe tous au bio des demain, va falloir muliplier le budget prime par combien?

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier