Plan d'urgence : Les agriculteurs attendent de pied ferme

B.BOUCHOT d'après AFP

Confortés par le succès de leur récente mobilisation pour dénoncer la chute de leurs revenus, les agriculteurs attendent de pied ferme le plan d'urgence « massif » que doit annoncer mardi le président de la République, Nicolas Sarkozy, lors d'une visite dans le Jura.

Les attentes de la FNSEA

« Nous sommes dans l'urgence », l'attente est « très très forte », a affirmé Jean-Michel Lemétayer, président de la Fédération nationale des syndicats d'exploitants agricoles (FNSEA) qui réclame des aides d'un montant d'environ un milliard d'euros. Pour lui, la crise est d'autant plus aiguë qu'elle touche une majorité de filières (lait, fruits et légumes, viande, viticulture, ...).

« Il faut donner de l'espoir aux agriculteurs, à court terme avec des aides à la trésorerie et à moyen et long terme en les assurant que l'on va tout faire pour infléchir la politique européenne en faveur d'une régulation des marchés », a souligné M. Lemétayer.

Le syndicat majoritaire demande un plan d'urgence de 400 millions d'euros. Il consisterait notamment en allègement de charges ou remboursement de taxes afin de donner « un ballon d'oxygène » à la trésorerie des exploitations, mise à mal par la chute des prix. Dans ce plan, M. Lemétayer souhaite aussi que les banques libèrent des prêts à hauteur d'un milliard d'euros dont les frais financiers seraient pris en charge par l'Etat. Autre point, l'allègement du coût du travail. Dans certaines productions, comme les fruits et légumes, la main-d'oeuvre peut dépasser les 50% du prix de revient. Or la France est handicapée face à des pays comme l'Espagne, l'Italie ou encore l'Allemagne où les saisonniers sont payés moins cher. La FNSEA estime cette mesure à environ 550 millions d'euros par an.

Le plan d'urgence sera « aussi important, aussi stratégique que celui qu'on vient de décider pour les petites et moyennes entreprises avec un certain nombre de mesures qui en seront proches », a assuré M. Fillon. Le gouvernement a lancé un plan de 2 milliards d'euros pour les PME, visant notamment à consolider leurs fonds propres. Le chef de l'Etat détaillera le dispositif de ce plan d'urgence à Poligny qui se veut la capitale du fromage comté.

Source AFP

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires