Plan d’urgence : les jeunes agriculteurs les plus en difficulté pourront bénéficier d’un report d’annuité d’un an

S C

Plan d’urgence : les jeunes agriculteurs les plus en difficulté pourront bénéficier d’un report d’annuité d’un an

Après une réunion avec les différents acteurs bancaires français, les trois ministres (des Finances, de l’Economie et de l’Agriculture) ont précisé les modalités bancaires pour la mise en œuvre du Plan élevage. Ce sont les agriculteurs en difficulté et notamment les jeunes agriculteurs qui seront ciblés par ce dispositif.

A l'issue d'une réunion avec des représentants des banques mutualistes, de la banque publique d'investissement Bpifrance et de la Médiation du crédit, les ministres ont annoncé les principales mesures bancaires prises dans le cadre du plan d'urgence présenté la semaine dernière par le gouvernement.

Il s’agit en premier lieu d'un réaménagement de la durée de remboursement des prêts qui permettra aux agriculteurs en difficulté de baisser leurs annuités de remboursement d'emprunts. Mais cette mesure sera renforcée pour « les jeunes agriculteurs et jeunes investisseurs qui auront la possibilité de reporter une année d’annuité vers la fin du tableau », a précisé Stéphane le Foll..

Concrètement, des cellules d'urgence locales regroupant l'Etat, les centres de gestion, les banques et la Médiation du crédit vont étudier au cas par cas les dossiers des exploitations les plus en difficulté et donc définir les éleveurs qui pourront bénéficier de ces mesures.

BPI : un dispositif adapté aux éleveurs 

Du côté de la Banque d’Investissement Publique (BPI), un fonds permettra d’apporter une garantie aux banques qui délivrent les crédit aux agriculteurs. "Dès cette semaine, le fonds de garantie de BPI sera mis en place", a assuré Emmanuel  Macron. 

Ce fonds repose sur un dispositif existant, à destination des PME, mais qui va être adapté aux exploitants agricoles, a-t-il expliqué. Le plafond de chiffre d'affaires minimum de 750.000 euros sera levé , de même que la condition d'un minimum de 3 années d'existence de l'entreprise. "On donne la possibilité aux banques de réaménager les crédits courts terme, avec une garantie de 70% de la BPI", a-t-il précisé. 

« Face à une crise aussi importante, il était indispensable que l’Etat se mobilise mais aussi que nous puissions voir avec le secteur banquier les solutions à apporter aux situations les plus délicates », a expliqué Michel Sapin.

«Ces mesures vont permettre aux éleveurs les plus en difficulté de passer le cap et de se reprojeter vers l’avenir. (..) Mais la  priorité c'est de faire réussir les engagements qui ont été pris par l'ensemble des acteurs" pour remonter les prix , a affirmé Stéphane  Le Foll, alors que des barrages filtrants d'éleveurs en colère subsistent dans certaines régions.

Sur le même sujet

Commentaires 15

koobiak

en attendant ci on votaient pour la blonde pour faire peur et faire réfléchir ce qui sont en haut.En attendant elle fait couler de l'encre.

Tomimy

Les jeunes qui se sont installés , depuis queleques années réclament des aides !!
Ils s'installent sur des gros projets Performants avec des études prévisionnelles très bien faites et voila qu'ils seraient en difficulté, alors que tout était parfaitement bien prévu !!
Je pense que la Vie est Belle sur les fermes laitières bien maitrisées

rob57

600 millions annoncé , dans la réalité méme pas 50 , trahison et mensonge , le foll démission .

freiheit

commo un ministre pour nous non ! mais nous sortir de cette politique europe destructrise et inegale

manu 42

une blonde raciste et anti sémite comme papa mais pas homophobe Parait il??????...non merci: mon grand père les a viré par la grande porte , comme les rats ils vont revenir par la petite en cachant leur vrai visage...

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier