Plan d'urgence pour l'agriculture : La Fnsea veut « de la monnaie sonnante et trébuchante»

Les agriculteurs attendent, le 12 novembre, des mesures plus concrètes que celles promises par le gouvernement dans le cadre de son « plan d'urgence pour l'agriculture» déclare Jean-Michel Lemétayer, président de la Fnsea.

Le ministre de l'Agriculture, Michel Barnier, s'est engagé dans la matinée à mettre en place un « plan d'urgence pour l'agriculture » dès le 12 novembre, dans le cadre de la conférence sur les revenus des agriculteurs. Il a notamment promis des allègements de charges financières et sociales et des mesures exceptionnelles pour les éleveurs ovins.

« On attend plus de concret que ça », a réagi le président du premier syndicat agricole. « Le 12, il (Michel Barnier, ndlr) n'a pas le droit de nous décevoir. (...) Il y a une attente forte de tous les exploitants et notamment dans le secteur ovin et bovin », qui réclament « clairement de la monnaie sonnante et trébuchante » pour les aider à traverser les difficultés qu'ils rencontrent.

« Ce que nous voulons savoir concrètement, ce sont quelles décisions seront prises sur les charges sociales, sur les annuités d'emprunts, et quelles seront les aides directes qui seront apportées aux exploitants », a insisté Jean-Michel Lemétayer.

Plusieurs centaines d'agriculteurs sont mobilisés ce vendredi 7 novembre, menant des actions de protestations dans toute la France à l'appel de la Fnsea et des Jeunes Agriculteurs (JA), pour alerter les pouvoirs publics, les industriels et les consommateurs sur la baisse de leurs revenus.

Source AFP

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires