Poulailler : l'élevage de l'Ain visé par L214 en liquidation judiciaire

Poulailler : l'élevage de l'Ain visé par L214 en liquidation judiciaire
© L214

Le tribunal de grande instance de Bourg-en-Bresse a confirmé jeudi la liquidation judiciaire du poulailler industriel de l'Ain dont les conditions d'élevage, dénoncées par l'association L214, avaient suscité l'indignation.

"La mise en liquidation judiciaire a été prononcée le 3 juin. La procédure vient d'être ouverte; il est trop tôt pour savoir s'il y aura des repreneurs" pour les actifs de cette entreprise d'une vingtaine de salariés, a indiqué jeudi le TGI à l'AFP, confirmant une information du quotidien Le Progrès.

Ce poulailler industriel du Gaec du Perrat, à Chaleins, proche de Villefranche-sur-Saône, avait été sous le feu des projecteurs fin mai, après la publication d'une vidéo choc de l'association militante L214. Des images éprouvantes, tournées en avril dans l'élevage, montraient des poules déplumées et entassées dans des cages à perte de vue, une prolifération de poux, des accumulations de fiente... L'élevage de volailles et de porcs était déjà très grande difficulté économique et le TGI de Bourg-en-Bresse avait déjà nommé un administrateur judiciaire en mars.

Une vidéo choc

Après la diffusion de la vidéo, le numéro un des oeufs en France Matines, propriété du groupe Avril, avait décidé de ne plus s'approvisionner auprès de l'élevage, Intermarché avait renoncé à vendre sa production, et les ministres de l'Agriculture et de l'Environnement, Stéphane Le Foll et Ségolène Royal, avaient exigé des décisions rapides. Le préfet de l'Ain avait ordonné le 28 mai de vider et nettoyer les bâtiments.

Quel sera le devenir des poules (200 000 poules pondeuses et 100 000 poulettes) ? Des associations de protection animale et des particuliers ont déjà racheté quelque 4500 poules pondeuses. Le reste "va être abattu pour la consommation humaine normale par une société allemande très compétente", a précisé à l'AFP l'éleveur, Dominic Raphoz. "Les poulettes pourront être vendues quand elles auront atteint l'âge adulte". Côté salariés, "ils seront licenciés quand l'activité s'arrêtera. Aujourd'hui, aucun absentéisme, le travail est fait", relève-t-il. "Il n'y a pas de repreneurs pour l'instant pour le poulailler mais des pistes de réflexion existent pour l'élevage porcin. Dans ce cas, la moitié du personnel environ pourrait rester".

L'association L214, basée à Lyon, a déjà obtenu la fermeture temporaire de deux abattoirs en France après avoir diffusé d'autres vidéos.

Source Avec AFP

Sur le même sujet

Commentaires 6

CARTON485

Plutôt que d'aider les entreprises agricoles françaises à sortir la tête de l'eau, on leur enfonce ! Merci cher gouvernement, qui soit disant prend des mesures pour nous aider (ou le contraire), merci également à nos syndicats qui nous disent de manifester pour que la crise s'accentue, et bien sûr merci à toutes les associations qui ne comprennent rien à la crise que les agriculteurs subissent et qui veulent une France belle et propre avec pâquerettes et papillons sans oublier qu'il roule grâce à du pétrole... Bref, quand votre assiette sera vide, venez pas vous plaindre pour que l'on vous donne à bouffer, car à ce rythme l'agriculture française est à la veille de disparaître. SVP prenez conscience que ça va mal. Il est peut être encore temps, enfin je pense...

AIGLE201

un éleveur de 50 ha en liquidation on n en parle pas et il n' y a pas de chômage; la super grosse structure s'est plantée financièrement alors liquidation et les salariés auront droits au assedic. C'est le cours de la vie économique aujourd’hui et L214 n'y est pour rien; pourquoi vouloir mettre des millions sur une grosse et laisser mourir les petites ?

49

Plutôt que cette solution radicale, il fallait aider ces producteurs employeur à revenir dans le bon chemin et surtout garder la production en France.
C'est tellement simple de tous détruire en France et d'importer des denrées pire que ce qui est fait chez nous. Importation d'OGM interdit en France, viande au Hormone interdit en France, légume et céréale traité avec des produit interdit en France, viande de clone interdit en France et je pourrai en citer beaucoup d'autre. L214 sortez un peut des frontières et comparer avec la France et vous verrez le constat est sans appel.
Je ne suis pas pour l'industrialisation mais hélas c'est bien ce que demande certain consommateurs, en France nous avons tous ce qu'il faut et avec de la qualité alors arrêtons de faire référence toujours ce qui ne reflète pas la réalité. La plus par de nos vaches française sont nourries à l'herbe depuis des décennies, les volailles manges des céréales alors arrêtons de raconter n'importe quoi.

Sébastien

Bravo L214, pour quelques poules mortes comme dans tous les élevages on va en éliminer 300000. Pas mal pour une association qui défend les animaux. Aujourd'hui nous sommes tous responsables du producteur qui ne peut plus financièrement tenir au consommateur qui veut rien payer en passant par les intermédiaires qui s'en mettent plein les poches et aux intellectuels qui font les normes. Un élevage de moins et c'est encore plus de bouffe étrangère qui rentre en France. Merci mr Lefoll et mr Beulin. La course au pouvoir est ouverte.

1584

une vingtaine de salariés à la soupe ... de légumes bien sur

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires