Poutine prolonge l'embargo alimentaire imposé aux pays occidentaux jusqu'à fin 2017

Poutine prolonge l'embargo alimentaire imposé aux pays occidentaux jusqu'à fin 2017

Le président russe Vladimir Poutine a prolongé jusqu'à la fin 2017 l'embargo alimentaire russe imposé aux pays occidentaux en raison de la crise ukrainienne, selon un décret présidentiel publié mercredi.

Le décret ordonne de prolonger "jusqu'au 31 décembre 2017 (...) afin de défendre les intérêts nationaux russes" l'interdiction de l'importation de la plupart des produits alimentaires des pays occidentaux, principalement de l'UE. Le Premier ministre russe Dmitri Medvedev avait déjà annoncé fin mai que la Russie s'apprêtait à prolonger d'un an et demi son embargo alimentaire décrété en rétorsion aux sanctions des pays occidentaux contre Moscou et responsable d'un important manque à gagner pour les agriculteurs européens. "J'ai ordonné que soient préparées des propositions en vue d'une prolongation des mesures de rétorsion non pas pour un an mais jusqu'à la fin 2017", avait alors déclaré M. Medvedev.  

Ces "mesures de rétorsion" interdisent depuis août 2014 l'importation de la plupart des produits alimentaires des pays occidentaux, principalement de l'UE, qui sanctionnent la Russie pour l'annexion de la Crimée en mars de la même année et son soutien présumé aux séparatistes de l'Est de l'Ukraine. Prolongé une première fois pour un an l'été dernier, cet embargo devait expirer au mois d'août et n'a rien arrangé à la crise agricole qui frappe l'UE. Un rapport interne du gouvernement russe, révélé récemment par l'agence TASS, a évalué à 9,3 milliards d'euros les pertes pour les pays visés par l'embargo.

 

Planifier les investissements

Sa prolongation pour un an et demi doit aider le secteur agricole russe, qui craint un brusque retour de la concurrence européenne, à bénéficier "d'un horizon plus lointain pour planifier ses investissements", avait alors expliqué M. Medvedev. Les sanctions occidentales décrétées contre Moscou en 2014, auxquelles s'est ajouté l'effondrement des prix des hydrocarbures, ont plongé la Russie dans sa plus longue récession depuis l'arrivée au Kremlin de Vladimir Poutine en 2000. L'embargo alimentaire a provoqué de son côté une flambée des prix en Russie. A long terme, les autorités russes espèrent toutefois que l'embargo favorisera le développement du secteur agricole national à qui elles versent d'importantes subventions.   

Les ambassadeurs des 28 pays membres de l'Union européenne ont approuvé la semaine dernière la prolongation, pour six mois, des sanctions économiques contre la Russie, selon plusieurs sources européennes. La décision formelle doit encore être prise pour reconduire jusqu'au 31 janvier 2017 ces sanctions qui touchent notamment des banques et des entreprises pétrolières et de défense russes et arrivent à échéance fin juillet.

Source avec AFP

Sur le même sujet

Commentaires 2

Robin28

Merci qui ? Merci l'Europe et merci Normal Premier, pour ce bel embargo que nous subissons. Comme dit le proverbe : les décideurs ne sont pas les payeurs !!!

jeje

Embargo sur la vodka

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier