Premier contrat signé en Auvergne sur un captage « Grenelle »*

CA 63 BOISSIER

: (de gauche à droite : Georges Lamat président de la FREDON d’Auvergne, Daniel Roux vice-président du SIVOM de la région d’Issoire, Sébastien Gardette président de la Chambre d'agriculture du Puy-de-Dôme, Marc Boissier représentant l’Agence de l’Eau Loire-Bretagne).
La signature du contrat territorial sur l’aire d’alimentation des captages d’eau potable du Broc.

Le contrat territorial du champ captant du Broc et du bassin versant du Lembronnet, pour une meilleure qualité des eaux, vient d’être signé entre le SIVOM de la région d’Issoire, la Chambre d'agriculture du Puy-de-Dôme, la FREDON d’Auvergne et l’Agence de l’Eau Loire-Bretagne.

*Les captages prioritaires "Grenelle"

Les ministères en charge du Développement durable, de la Santé et de l’Agriculture ont publié en 2009, une liste des « 500 captages Grenelle » parmi les plus menacés par les pollutions diffuses, notamment les nitrates et les produits phytosanitaires. Répartis sur toute la France, ces captages ont été identifiés suivant un processus de concertation locale, sur la base de trois critères : l’état de la ressource vis-à-vis des pollutions par les nitrates ou les pesticides ; le caractère stratégique de la ressource au vu de la population desservie, enfin la volonté de reconquérir certains captages abandonnés.

(Source ministère de l’Ecologie, du Développement durable, et de l’Energie).

(Source ministère de l’Ecologie, du Développement durable, et de l’Energie).

Visite essai desherbage maïs dans le secteur du Lembronnet

Un partenariat réussi

« Face à la diversité des origines de pollution, à la nécessité de mettre en place des périmètres de protection autour des captages d’eau potable du Broc (retenu comme captage Grenelle *), nous avons décidé avec la Chambre d'agriculture du Puy-de-Dôme, en partenariat avec l’Agence de l’Eau Loire-Bretagne, de travailler sur la totalité du bassin versant du Lembronnet. » Daniel Roux vice-président du SIVOM de la région d’Issoire, a rappelé les  actions menées depuis 2011 par tous ces organismes, avec la FREDON (Fédération Régionale de Défense contre les Organismes Nuisibles). Il a évoqué le volet non agricole : amélioration de l’assainissement collectif et non collectif, réduction des traitements phytosanitaires en partenariat avec les collectivités locales et la SNCF par exemple.

Le volet agricole

Le président de la Chambre d'agriculture du Puy-de-Dôme a souligné « la volonté depuis 3  ans, de mobiliser les agriculteurs sur cette démarche volontaire, sans les culpabiliser. » Le but ? Faire comprendre les enjeux liés à cette opération, en menant notamment des diagnostics environnementaux. Les techniciens de la Chambre en ont ainsi réalisé 73. Sébastien Gardette a évoqué « les pratiques à mettre en place au point de vue environnemental au travers de nouvelles techniques, tout en garantissant un revenu correct aux  paysans concernés. On continuera à communiquer sur ces actions, on mènera des expérimentations, des formations… Ce contrat de par son approche territoriale me paraît très intéressant, dans la ligne des actions que les élus de la Chambre veulent mettre en place. Je souhaite qu’on augmente ce type d’accord à l’avenir. »

Le premier contrat auvergnat

« L’Agence de l’Eau Loire-Bretagne signe aujourd’hui le premier contrat sur un captage Grenelle en Auvergne. » Marc Boissier a rappelé que cette démarche basée sur le volontariat, et devenue opérationnelle, bénéficie d’aides à hauteur de 51 % de la part de l’Agence (sur 1,13 millions d’€ de dépenses). Et qu’elle va générer des emplois. « Tout ceci devrait permettre de constater dans les 5 ans, une amélioration de la qualité de l’eau, ainsi qu’une évolution dans les pratiques. On sait que les gens ne veulent pas mal faire. C’est souvent une question d’information et de formation. »

Georges Lamat président de la FREDON a remercié de « nous avoir désignés comme maître d’ouvrage pour les actions de réduction des pesticides non-agricoles. Je trouve intéressant d’avoir créé un lien entre l’agricole et le non agricole. »

Christian Bouchardy, vice-président du Conseil Régional d’Auvergne en charge de l’environnement, a salué la démarche : « je ne peux qu’adhérer quand j’entends le président de la Chambre d'agriculture, dire qu’il s’agit de préserver l’environnement et l’économie d’un territoire. »

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier