Présidentielle : découvrez le programme agricole de Jacques Cheminade

Lise Monteillet (article) & Anne Sophie Lesage (vidéo)

Jacques Cheminade appelle les agriculteurs à « combattre la dictature financière qui nous étrangle » et à « rendre justice à ceux qui travaillent 14 heures par jour ». Invité à s’exprimer lors du grand oral organisé par le Conseil de l’agriculture française (CAF) à Brest, il a dénoncé avec force la spéculation sur les marchés financiers. « Le temps de la production agricole n’est pas celui des marchés financiers », souligne-t-il. 

Selon Jacques Cheminade, « la crise agricole n’est pas un problème agricole, c’est un problème politique ». Son projet : « interdire aux méga banques de proposer à leurs clients des placements spéculatifs sur les prix des marchés agricoles ». Dans son programme, il souhaite multiplier les circuits courts « afin de couper les ailes aux vautours financiers », citant en exemple le magasin de producteurs « Cœur Paysan » installé à Colmar. Pour cela, il promet de « réserver une partie de la commande publique aux producteurs locaux ».

Il annonce aussi vouloir « organiser un moratoire et une vraie restructuration de la dette des agriculteurs » et rétablir des prix garantis, qui sont nécessaires à une exploitation pour vivre. Dans l’immédiat, il acquiesce à l’idée émise par la profession agricole qui consiste à réaliser une épargne de précaution les bonnes années, pour l’utiliser en cas de crise. Il approuve aussi le principe d’une TVA sociale.

Son ambition est de « coordonner avec les pays des BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud) la mise en œuvre d’un nouvel ordre économique gagnant-gagnant ». À cet effet, il envisage de « lever les sanctions contre la Russie en exigeant en contrepartie d’importants achats de viande et de produits laitiers ». « Mon objectif, partout, est la conquête pacifique de marchés », signale-t-il.

Au contraire, il s’oppose aux « accords internationaux sacrifiant les fondements de notre agriculture », tels que le Ceta, l’accord de libre-échange entre l’Union européenne et le Canada. Au final, il estime important de « ne pas avoir peur du reste du monde mais en se battant de toutes nos forces contre sa financiarisation, pour un monde plus juste dans lequel l’agriculture a toute sa place ». 

Sur tous les terrains

Jacques Cheminade veut cesser d’opposer les agriculteurs de différents types d’agriculture. « Il n’y a pas d’incompatibilité », insiste-t-il. L’agriculture française est plurielle, ce qui ne constitue pas un problème à ses yeux. « Je me battrai sur tous les terrains ouvrant les champs du possible », martèle-t-il.

Concernant la future PAC, celui-ci l’imagine « intelligente » et « protectrice des États-nations ». Jacques Cheminade se reconnait dans « l’Europe des patries et des projets ». La PAC devra intégrer des « mécanismes d’assurance sur les prix et les quantités ». Elle devra aussi aboutir à une harmonisation de la réglementation entre les États membres.

Au niveau du soutien à l’investissement en agriculture, celui-ci double la somme promise par Emmanuel Macron : « je propose que 10 milliards d’euros soient versés à nos agriculteurs », indique-t-il. Cet argent pourra servir à la restructuration des filières, la mise à jour de bâtiments ou encore fusion d’exploitations entre agriculteurs volontaires.

Défenseur du progrès

Jacques Cheminade s’affiche comme le défenseur du progrès scientifique, technique et numérique. Il entend « faire de l’accès au numérique un service public », afin d’en finir avec les zones blanches. Il espère aussi « favoriser la robotique là où elle s’impose », tout en précisant que l’agriculture peut très bien développer des robots et, en même temps, revenir à la traction du cheval pour certaines cultures. « Nous devons sauver les semenciers et ne pas bloquer les NBT », poursuit-il. Il s’oppose au classement des New breeding techniques (NBT) comme organismes génétiquement modifiés (OGM).

« Je soutiendrai la mobilisation de l’Inra dans la bataille pour les nouvelles technologies », ajoute-t-il, notamment concernant l’étude des interactions entre champignon, bactérie et sol. Jacques Cheminade fait de la « maîtrise raisonnée de ce monde qui grouille sous nos pieds » une priorité. Tout comme la « recherche de nouveaux systèmes à l’échelle moléculaire pour échapper aux monopoles mondiaux ». 

D'ici le premier tour de l'élection présidentielle, découvrez tous les programmes des candidats sur Pleinchamp.

Sur le même sujet

Commentaires 1

Jean

Marine Lepen 2017 seule solution !

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires