Présidentielle : découvrez le programme agricole de Jean Lassalle

Lise Monteillet (article) Anne Sophie Lesage (vidéo)

Jean Lassalle annonce 3 milliards d’euros en faveur des campagnes, considérées comme une « grande cause nationale ».

Une ruralité vivante

À l’échelle de la ruralité, Jean Lassalle estime important de maintenir les services publics de proximité qui fonctionnent, de couvrir tout le territoire en haut débit, en pénalisant les opérateurs en cas de non-couverture. Enfin, les jeunes soumis au « service national » seront affectés à l'entretien des forêts, des cours d'eau ou des terres en friche. 

« Je serai à vos côtés, parce que je suis des vôtres ! » Jean Lassalle, qui se présente comme le seul « berger » en lice pour la candidature présidentielle, a détaillé son programme agricole lors du grand oral organisé par le Conseil de l’agriculture française (CAF), le 30 mars, à Brest.

« Il faut impérativement que notre pays reprenne conscience qu’il ne pourra pas vivre sans vous ni sans agriculture », insiste-t-il, devant un parterre d’agriculteurs.  Jean Lassalle propose de faire des campagnes « une grande cause nationale » et prévoit de leur consacrer 3 milliards d’euros.

Ce budget sera prélevé « sur la politique agricole ». Il précise : « j’ai besoin de retrouver pour la France un espace politique et un espace financier qu’elle n’a plus ». Sans aller jusqu’au frexit, qui ne constituerait à ses yeux qu’une « violence supplémentaire en Europe ». Il entend néanmoins rompre avec certaines orientations en restaurant des quotas laitiers en bovins, ovins, caprins et dans d’autres productions si besoin. Jean Lassalle veut que la France regagne de la marge de décision concernant la PAC et veut retirer à la Commission européenne la mission de représenter l’État dans des traités internationaux. L’objectif :  interrompre la négociation d’accords comme le Tafta ou le Ceta. Pour autant, Jean Lassalle ne veut pas d’une France retranchée derrière ses frontières. Il voit les marchés du Maghreb comme une opportunité pour les productions agricoles françaises et il souligne la nécessité de soutenir les échanges internationaux entre agriculteurs.

Une agriculture familiale

Jean Lassalle prétend défendre tous les modèles agricoles. « La France est le pays de toutes les agricultures », indique-t-il. Avec une préférence pour l’agriculture familiale : « je ferai en sorte de favoriser le retour de la famille et s’il le faut, j’apporterai un salaire à celle ou à celui qui accompagne le paysan dans son quotidien ». Il est également favorable à une interdiction des cultures OGM et souhaite qu’une telle décision politique puisse être prise par les collectivités au titre de la « protection du terroir ».

Le candidat promet, s’il est élu, de mettre en place une « administration bienveillante » à l’égard des agriculteurs. « C’est dans les campagnes qu’il y a la plus grande réserve de bon sens, de savoir-faire et de savoir-être », estime-t-il. Jean Lassalle s’engage à « alléger les normes sur les activités annexes à l'agriculture (location, hébergement, biogaz...) et la charge administrative ».

Le prétendant à l’Élysée invite à « rémunérer moins les volumes et plus les personnes » en agriculture. Il souhaite « inciter à des négociations sur le partage de la valeur au sein des filières agricoles, en particulier sur les signes de qualité, sur le modèle de l'AOC Comté ». Le candidat veut « remettre les coopératives agricoles sous la responsabilité directe des exploitants ». Concernant la couverture du risque météorologique, il propose de s’inspirer de l’expérience de l’Espagne. 

Un pays « fier de l’agriculture »

L'investissement doit être subventionné « quand il réduit la pression sur l'environnement ». Jean Lassalle cite ainsi la permaculture, le non-labour, le séchage en grange ou encore la méthanisation.

Les programmes de l’enseignement agricole gagneraient à être renouvelés en les axant sur l’agriculture biologique ou de terroir. Le candidat souhaite l’émergence, dans ce domaine, de « pôles d'innovation ». Il croit au financement participatif pour développer l'agriculture fermière.

Afin de réconcilier l’agriculture avec la société, le respect des animaux mérite d’être davantage pris en compte à ses yeux. Jean Lassalle prévoit de moderniser la chaine de l'abattage et de la boucherie.

« L’agriculture, c’est l’entretien de notre espace, le plus beau du monde, qui fait de la France la destination touristique numéro un », rappelle-t-il. Et d’ajouter : « j’ai besoin de retrouver ce pays fier de vous, fier de l’agriculture ».

D'ici le premier tour de l'élection présidentielle, découvrez  tous les programmes des candidats sur Pleinchamp.

Sur le même sujet

Commentaires 8

didier padie "ALPAGA821"

moi aussi je vote j lassale
un gars qui a ose faire 1 greve de la faim pour garder 1 usine
dans sa vallee

jean

Lassalle ,un très bon candidat.beaucoup d'agriculteurs feront un bon vote utile en votant pour lui....Il est honnête,droit, sincère,intégre et intelligent.Il est pour le Monde rural,il est pour la Recherche.moi aussi je vote pour lui pour montrer que nous existons.

lulu

enfin un qui connait l'agriculture! et une voix de plus...

petit rayon de soleil

c'est bien de voir des candidats qui croient encore à notre agriculture puissante mais respectueuse à l'agonie et en ses agriculteurs,même loin du "cul des vaches" à Paris et devant les caméras du monde entier...c'est pas comme d'autres traineurs de casseroles....(j'y pense et puis j' les oublies....)...

tom63

Enfin un candidat qui a les pieds sur terre.
Du concret, pas de chichis et de promesses irréalisables.
Un "gars" du terroir et de la campagne. Et il n'est crédité que de 1,5%.....
Les français croient encore aux promesses des grands partis alors qu'ils savent très bien que cela n'aboutira à rien. LES PROMESSES N ENGAGENT QUE CEUX QUI Y CROIENT........
A méditer....

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier