Présidentielle : les programmes d’Emmanuel Macron et de Marine Le Pen en 10 points clés

Lise Monteillet

Présidentielle : les programmes d’Emmanuel Macron et de Marine Le Pen en 10 points clés

En matière d’agriculture, les deux candidats proposent des programmes radicalement opposés.

Pour Marine Le Pen 

  • Appliquer le patriotisme économique aux produits agricoles français, notamment au travers de la commande publique (État et collectivités).
  • Transformer la Politique agricole commune (PAC) en Politique agricole française (PAF).
  • Garantir le montant des subventions dont les critères seront fixés par la France et non plus par l’Union européenne.
  • Refuser les traités de libre-échange (Tafta, Ceta, Australie, Nouvelle-Zélande, etc.).
  • Développer les circuits courts de la production à la consommation, en réorganisant les filières.
  • Stopper l’explosion des normes administratives.
  • Encourager l’installation des jeunes agriculteurs par le biais de défiscalisations durant les premières années.
  • Interdire l’importation des produits agricoles et alimentaires qui ne respectent pas les normes de production françaises en matière de sécurité sanitaire, de bien-être animal et d’environnement.
  • Imposer la traçabilité totale de l’origine géographique et du lieu de transformation sur l’étiquette, afin de garantir la transparence et l’information complète des consommateurs.
  • Promouvoir les exportations agricoles, notamment en soutenant les labels de qualité.

Pour en savoir plus :

Marine Le Pen : « on perd 9 milliards par an »

Présidentielle : découvrez le programme agricole de Marine le Pen

Pour Emmanuel Macron  

  • Garantir des prix plus rémunérateurs en renforçant les capacités de négociation des organisations de producteurs et en organisant des états généraux de l’alimentation.
  • Mettre en place des outils de régulation et de gestion des risques (épargne de précaution individuelle, assurance climatique),
  • Lancer un programme d’investissements d’avenir agricole de 5 milliards d’euros.
  • Garantir un droit à l’erreur pour tous.
  • Donner droit au chômage aux agriculteurs.
  • Rémunérer les agriculteurs pour les services environnementaux qu’ils rendent, à hauteur de 200 millions d’euros par an dans le cadre de la PAC.
  • Définir un calendrier prévoyant l’élimination progressive des pesticides, séparer les activités de conseil aux agriculteurs et de vente des pesticides.
  • Soumettre toutes les sociétés foncières au contrôle des Safer et faciliter le recours à des outils de portage (crédit-bail immobilier, la location-vente progressive, prêt viager hypothécaire etc).
  • Proposer un prêt d'honneur aux jeunes agriculteurs sans demande de garantie d’un montant de 50 000 euros maximum avec un différé de 2 ans.
  • Alléger les charges. 

Pour en savoir plus :

Emmanuel Macron: « tout le monde aura droit au chômage »

Présidentielle : découvrez le programme agricole d’Emmanuel Macron

Sur le même sujet

Commentaires 8

CHABLE533

Au m2 cultivé, quand bien même tu ferais 10T de blé ha, c'est dans le jardin que le rendement est le plus élevé à l'année car la succession de cultures permet d'atteindre non pas 10kg/m2 mais plutôt 15 voir 18 kg/m2 de production. Il ne faut pas opposer les choses le modèle appuyé sur l'azote et la chimie a vécu et il faut se préparer à l'après, la bio est une voie mais est encore perfectible à condition que l'on mobilise notre recherche. Pour moi le vrai problème est que l'on a pas défini de stratégie alimentaire et on nous laisse donc produire uniquement pour les marchés, ce lien doit être la base de notre métier demain, tu parles du "A" de la Pac, moi je l'écrirais ainsi PAAC pour Politique Alimentaire et Agricole Commune.
Cordialement

hetre humain

la plupart des francais primaire comprise ont votés contre quelqu un maintenant aujourd hui c est pour quelqu un qu il faut voté et le choix est compliqué on vote pour systeme ou contre un autre systeme

hetre humain

mobilisation pour les législatives si cela n est pas fait d avance comme beaucoup de choses

pigouille

Plus d'écologie , je ne suis pas prêt, c'est trop de technologie et de recherche dans des solution sans intrant et bayer ne se laissera pas faire mais c'est la tendance de notre société , il va falloir cogiter et se n'est pas avec les "y a qu'a" de Mme Lepen que nous ferons avancer le schmilblick . 82% du salaire net c'est le montant des charges , il faudra bien que les robots et les écrans plats paient par le biais d'une T.V.A sociale en allégeant le coût du travail , çà donnerait une bouffée d'air à l'agro-alimentaire ect...

robin

c'est super, on pourra toucher une indemnité de chomage quand on aura mi la clef sous la porte !!!! ça c'est une mesure qui rassure vachement les agriculteurs !!! Merci M Macron. Mais peut être qu'il serait mieux de faire ne sorte qu'on ne mette pas la clef sous la porte, ça serait mieux.. non ? Et definir un calendrier pour supprimer les phtyos, c'est pas de nature non plus a nous rassurer, ca signifie encore plus de réglementations et d'interdiction dans l'utilisation des phytos et des engrais et des rendements en baisse.

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier