Prix agricoles : Le gouvernement « vigilant » sur la répercussion de la flambée

Le gouvernement sera « vigilant » sur la répercussion de la hausse des cours des matières premières agricoles sur les prix alimentaires, a averti ce matin le ministre de l'Agriculture Bruno Le Maire sur France Inter.

« Il n'y a pas de raison que sur les produits agroalimentaires industriels transformés, qui n'emploient qu'une infime partie des matières premières agricoles, qu'il y ait une flambée des cours », a insisté le ministre.

La répercussion ne doit se faire « que sur les produits où il y a une flambée des cours comme la viande (ou) les produits (faits à base) de blé », a-t-il énuméré.

Interrogé sur une éventuelle hausse du prix de la baguette de pain dans le sillage de la flambée des cours du blé, M. Le Maire s'est voulu ferme. « Non il n'y a pas de raison que la baguette de blé flambe parce que le cours du blé flambe, il n'y a aucune raison », a-t-il prévenu, rappelant que le blé ne représentait que 6% du prix.

Et d'ajouter: « nous serons très vigilants là-dessus. En période de flambée de cours, le rôle du gouvernement est de trouver le bon équilibre entre le revenu du producteur agricole et le pouvoir d'achat des consommateurs. »

S'il reconnaît que l'envolée des prix des matières premières agricoles observée depuis la fin de l'année 2010 a contribué à faire augmenter les revenus de certains agriculteurs, M. Le Maire relève toutefois que les éleveurs eux « n'arrivent eux plus à s'en sortir », en raison de l'augmentation des prix de l'alimentation animale.

Source AFP

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier