Prix du lait de brebis AOC Roquefort : pas d’avancée

Eva DZ

Robert Glandières - FRSEB
La Volonté Paysanne

Les négociations pour le prix du lait de brebis du rayon de roquefort ont démarré vendredi 30 septembre mais pour l'heure, aucun accord n'a pu être trouvé. Le point de vue de Robert Glandières (photo), président de la FRSEB.

- Dans quel contexte se déroulent les négociations ?
"Nous avons bien sûr commencé par faire le point sur la situation de la campagne. Les volumes sont en hausse de 0,47% soit autour de 700 000 litres quand ceux de roquefort ont baissé de 0,6% soit 480 000 litres de moins. Cette baisse s'explique par le conflit entre Lactalis et Leclerc. Le fromage pour salade a, lui, progressé de 5,38% (soit 2 300 000 litres de plus). La diversification industrielle en France a diminué de 34,42% (soit un million de litres de moins). Les pâtes pressées ont baissé de 30%. Tout ceci implique une augmentation du lait vendu en vrac de près de 23% (soit près de 5 millions de litres). D'un autre côté, la MSU augmente de presque un gramme, l'affectation est légèrement en hausse dans les meilleures lignes et la taxation USA a été supprimée, tout celà nous laissait espérer une augmentation du prix avant même les négociations.

- Quelle est votre position ?
Si nous avions les mêmes prix que 2010 par ligne de produit, on obtiendrait une hausse. Pour l'instant, nous avons eu trois réunions mais cela n'avance pas beaucoup et les producteurs ont décidé de rester sur leur dernière proposition du conseil d'administration de Confédération de roquefort du 7 octobre : nous maintenons la pression pour que les lignes les mieux valorisées soient augmentées. C'est pourquoi nous avons décidé d'adresser une lettre ouverte à Christian Gentil, nouveau directeur de Société et nouveau président de la fédération des industriels ainsi qu'à Gérard Casemajor président de la Confédération générale de roquefort".

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier