Prix du lait : Les éleveurs du grand Ouest mettent la pression

Les éleveurs du grand Ouest se sont à nouveau mobilisés mercredi à la veille de négociations sur le prix du lait, notamment lors d'actions dans des hypermarchés ou en bloquant laiteries, usines de transformation ou camions de collecte, selon des sources syndicales.

Dans les Pays de la Loire, 80 producteurs sont passés à l'action dans l'après-midi dans quatre hypermarchés vendéens. Ils ont obtenu le retrait des rayons du lait premier prix, vendu moins de 0,59 euro le litre (prix minimum négocié il y a un an), ainsi que des produits fromagers d'Entremont. Le groupe Entremont est particulièrement visé par les producteurs laitiers de l'Ouest pour avoir été le premier durant l'été à tenter de leur imposer une baisse de prix non négociée.

Dans la soirée, des éleveurs sarthois s'apprêtaient également à bloquer pendant quelques heures les entrées de l'usine Yoplait (Sodiaal) du Mans. Une vingtaine de camions de collecte ont par ailleurs été brièvement bloqués dans la journée dans les Pays de Loire et une dizaine d'autres en Bretagne.

Dans la soirée, plusieurs dizaines de producteurs normands interdisaient l'entrée des laiteries Lactalis-Nestlé à Lisieux (Calvados), Solaipa (Lactalis) à Vimoutiers (Orne) et Lactalis à Domfront (Orne), à raison d'une trentaine d'agriculteurs par site, selon la FNSEA et les forces de l'ordre.

Durant la journée, une vingtaine d'agriculteurs avaient interdit pendant plusieurs heures les accès à la société laitière de Bayeux (Calvados). Une trentaine de producteurs de la FDSEA avaient également fermé les accès de l'usine des Messageries laitières à Vire (Calvados).

En Seine-Maritime, des militants de la FDSEA ont tagué des camions de lait de transformateurs comme Senoble, Lactalis ou encore Danone pour protester contre la baisse annoncée du prix du lait. Sur les cuves, ils ont inscrit « Traire 365 jours par an mérite un salaire décent », « Voleur » ou « A qui profite la baisse du prix du lait? ».

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier