Production ovine : réunir toutes les conditions de la performance

S. Giraud

Le président de la FNO, Serge Préveraud, était en Auvergne la semaine dernière. Il a évoqué la situation du marché, la contractualisation et la vaccination FCO.

“Nous sommes au printemps de quelque chose dans la filière ovine” : c'est ce message d'espoir qu'a porté le président de la FNO(1), Serge Préveraud, devant l'assemblée générale de la Fédération régionale ovine d'Auvergne. La situation du marché pour la viande ovine est globalement positive si l'on examine plusieurs indicateurs. Ainsi, en cumul sur l'année 2010, les abattages contrôlés sont égaux à ceux de 2009, grâce à une amélioration de la fertilité des brebis et surtout à une baisse de 22 000 têtes du déficit du commerce en vif (exports - imports). Le poids moyen des carcasses d'agneaux est en hausse de 1 % par rapport à 2009. Le PMP (prix moyen pondéré) semble lui se stabiliser après une chute rapide en début d'année : fin février, il était à 5,81 e€/kg, tout comme en 2010. La consommation est toutefois en recul avec une baisse de 6 % des achats des ménages, même si les achats en boucherie se sont presque maintenus. Avec des abattages au ralenti (- 7 % en 2010), le Royaume-Uni voit ses exportations reculer (- 9 %) et les achats des ménages britanniques en agneau ont plongé.

Moins d'exportations

Les exportations néo-zélandaises sont en recul à destination de l'UE au profit des USA et de l'Asie, mais les volumes vers la France ont moins baissé que vers le RU. En janvier 2011, une nouvelle baisse importante a été enregistrée. “En décembre et janvier, 35 % d'agneaux supplémentaires sont arrivés dans les entreprises. Dans ces conditions, il a été difficile de maintenir un prix”, a expliqué Serge Préveraud. De telles situations confortent, selon lui, la nécessité d'établir des prévisionnels de mise en marché, l'une des pierres angulaires de la contractualisation. L'accord interprofessionnel sur la contractualisation pour la filière ovine s'articule en effet autour de trois axes majeurs : le prévisionnel de mise en marché, des indicateurs de prix validés par toutes les familles de l'interprofession et un dernier accord engageant le secteur de l'abattage/ transformation des viandes d'agneau et la distribution.
Plus d'infos à lire cette semaine dans L'Union du Cantal.
Droits de reproduction et de diffusion réservés.

Source L'Union du Cantal

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier