Production porcine : Sortir de la spirale infernale»

Eva DZ

Dans son plan de soutien à l'élevage annoncé au dernier Space à Rennes, Bruno Le Maire, ministre de l'Agriculture, a consacré un volet à la production porcine. Laurent Noyé, président de la section porcine FDSEA, livre ses impressions.

- Que pensez-vous des annonces ?

«Evoquer le volet environnement et mise aux normes sur le bien-être animal, c'est bien mais ce n'est pas la priorité des éleveurs aujourd'hui. Notre seule préoccupation est de prendre en compte la hausse des charges dans un prix plus rémunérateur. Comme l'a dit le président de la FNP : «sans revalorisation des prix, ces mesures n'auront aucun effet». Entre la hausse du prix de l'aliment (+ 20 euros/tonne chez certains opérateurs), la baisse du prix au cadran breton, le prix payé au producteur (1,20 euro/kg avec une plus-value à la qualité autour de 10 à 12 centimes) ne couvre pas les coûts de production. De plus la fin d'année est propice aux promotions en magasins !

- Quelles solutions pour sortir de cette crise ?

Tous les maillons de la filière doivent prendre conscience de la situtation. Si rien n'est fait on annonce une baisse de 30% de la production porcine française dans les 6 mois ! La pérennité de nos élevages est remise en question. Ce mercredi, Inaporc devait travailler sur l'indication d'origine des produits issus du porc. De même une rencontre avec le ministère est prévue pour évoquer la mise en place de l'augmentation de la plus-value VPF (viande porcine française). Ces deux étapes sont les seuls moyens susceptibles d'apporter une meilleure valorisation à la production. C'est de ça dont les producteurs ont besoin».

Source La Volonté Paysanne

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier