Profession : La LMA avance mais pas sur tous les dossiers

Eva DZ

La loi de modernisation de l'agriculture et de la pêche doit être examinée au Sénat à partir du 18 mai. D'ores et déjà, la commission de l'économie a adopté et rejeté certains amendements. Point d'étape avec Dominique Barrau, secrétaire général de la FNSEA et président de la FRSEA Midi-Pyrénées.

- Quel est votre sentiment sur ces premières décisions du Sénat ?

«Tout ce qui concerne l'aspect économie a été adopté par le Sénat, en première lecture. Ces décisions vont dans le sens de ce que nous défendons à la FNSEA, en particulier autour de l'organisation du travail des interprofessions, de la possibilité de contractualisation. De même sur le volet concernant l'observatoire des prix et des marges et les relations commerciales, nous notons avec satisfaction l'évolution de l'encadrement des marges avec notamment la suppression des ristournes, rabais et remises. Ces avancées sont concrètes et des outils sont à la disposition des agriculteurs.

- Des avancées certes mais le Sénat a décidé de supprimer quelques amendements. Qu'en pensez-vous ?

Sur le dossier du foncier notamment, aucune proposition n'a été validée, ce que la FNSEA regrette. Le constat de la nécessité d'action est certes partagé par tous mais nous ne disposons d'aucun moyen pour réduire la consommation de foncier. Pour l'instant, c'est le statu quo. Nous allons remettre sur la table des discussions un certain nombre de dossiers qui n'ont pas abouti : le foncier donc mais aussi le social autour notamment de l'emploi et de la baisse des charges ainsi que sur la transparence dans le contrôle des structures».

Source La Volonté Paysanne

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier