Projet de collecte de lait : Biolait dans le Cantal

Quinze producteurs Bio se sont retrouvés le 4 juin à Massiac pour participer à un projet de collecte de lait.

Face à l'explosion de la demande, le groupement d'agriculteurs Biolait qui assure déjà une tournée de collecte en Margeride, souhaite étudier la mise en place d'une seconde tournée sur la Planèze et le Cézallier.

Quarante millions de litres collectés par an

Pour expliquer leur organisation et leurs attentes, Loïc Dete, directeur, Yannick Allard, président et Marie Couval, administratrice référente Biolait pour l'Auvergne, avaient fait le déplacement le 4 juin à Massiac lors d'une réunion avec les producteurs. Biolait a débuté sa collecte en Loire-Atlantique et dans le Morbihan fin 1994 et regroupe aujourd'hui 283 structures, soit 450 éleveurs sur 48 départements, et collecte 40 millions de litres de lait biologique annuels. Vingt-cinq millions de litres de lait ont été convertis en 2009, avec une aide de 30 e/1000 l accordée par Biolait et le concours de Bioccoop. Le potentiel de développement est fixé à 90 millions de litres collectés et vendus en bio d'ici 2013.

Une philosophie solidaire

Le slogan de Biolait - “du lait bio partout et pour tous !” - demeure un objectif permanent du développement multi-territorial. Ses responsables ont donc décidé de s'intéresser à un nouveau projet cantalien de collecte de deux millions de litres de lait pour une quinzaine de producteurs. Grâce à des contrats de vente de lait bio aux entreprises sur trois et cinq ans, des frais de structure resserrés autour de la collecte et la mutualisation des résultats financiers, les tournées de collecte “difficiles”, dans des départements de montagne comme le Cantal, deviennent possibles. La solidarité du groupement se poursuit jusque dans la rémunération du producteur. Le prix du lait payé au producteur est en effet le même en France, quelle que soit la rentabilité de la tournée. Onze éleveurs demeurent payés en bio, même si leur lait n'est pas collecté et valorisé par Biolait pour le moment. Autre élément important : le prix du lait payé par Biolait est déconnecté du prix du lait en conventionnel. En 2008, il était de 430 e/1 000 litres. En 2009, il devrait être de 440 e/1 000 litres. Tous les mois, des comptes de résultats sont établis et rendus publics aux adhérents, afin de suivre et d'ajuster les volumes de lait et de trésorerie. Grâce à un prélèvement de 20 e/1 000 litres sur deux années, voté en assemblée générale, Biolait est aujourd'hui autonome dans sa gestion de trésorerie.

 

Un exemple massiacois à suivre

À ce jour, les demandes de conversion en lait bio sur la Châtaigneraie, le bassin aurillacois et la bordure corrézienne sont encore trop timides et éparpillées pour envisager de nouvelles tournées de collecte. C'est pourquoi Vincent Vigier, conseiller et animateur de bio15, invite les producteurs qui s'interrogent à se manifester au 04 71 45 55 39 ou par courriel vincent.vigier@cantal.chambagri.fr pour obtenir des informations sur l'agriculture biologique, le cahier des charges et la collecte de lait Bio. En rappelant aussi que le temps presse car “des régions comme la Bretagne, les Pays de Loire et la Normandie convertissent “à tour de bras ! Une fois que les marchés seront honorés, ça sera trop tard !”

Source union du cantal

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier