radiquer la faim : Les chefs d'États s'engagent, sans se fixer de délai

Les chefs d'État et de gouvernement, réunis à Rome, se sont engagés à « éradiquer la faim dans le monde », mais sans se fixer de délai, au grand dam de Jacques Diouf, le directeur général de la FAO.

Une date butoir, 2025, « avait déjà été approuvée », mais « il n'y a pas eu de consensus et je le regrette », a déclaré M. Diouf qui se déclare en revanche « satisfait » que le sommet soit parvenu « à un consensus sur la déclaration » finale.

Dans ce texte adopté au premier jour des travaux, les dirigeants réitèrent l'objectif du Millénaire de « réduire de moitié le pourcentage et le nombre de personnes souffrant de la faim et de la malnutrition d'ici à 2015 ». Mais ils l'avaient déjà fait en juin 2008. Et depuis, le nombre d'affamés est passé de 850 millions à 1,02 milliard.

Des investissements nécessaires estimés à 120 milliards


Les investissements nécessaires pour accroître la production agricole n'ont pas non plus été chiffrés. Jacques Diouf les a estimés à 120 milliards, dont 44 d'aide internationale et 76 émanant des pays concernés.

Une soixantaine de chefs d'État, venus surtout d'Afrique, d'Asie et d'Amérique Latine, avaient répondu à l'invitation de la FAO dans la capitale italienne, quadrillée par un millier de policiers.

De son côté, l'ONG « Oxfam France » relève que « sans financement, il n'y a aucun espoir de nourrir un milliard de personnes souffrant de la faim ». « Sans cadre temporel, la déclaration risque de rester sans suite », a jugé un responsable d'Action Aid Italie.

Source d'après AFP

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier