Rapport Cyclope 2013 : le climat et la Chine, incertitudes et variables des marchés

Marie Bonnier

Rapport Cyclope 2013 : le climat et la Chine, incertitudes et variables des marchés

A l’occasion de la sortie du rapport CyclOpe 2013, Philippe Chalmin a présenté mardi cet ouvrage désormais culte analysant les grandes tendances des marchés mondiaux.

C’est désormais la tradition, chaque année depuis presque trente ans le rapport cyclope nous avertit sur l’état des marchés mondiaux. De l’uranium à la viande, en passant par les grands vins de Bordeaux ou encore les ferrailles, tous les sujets sont analysés de façon détaillée, avec pour chacun d’entre eux toutes les statistiques, les séries de prix ainsi que leurs analyses permettant leur compréhension.

Pour cette vingt-septième édition, une soixantaine d’auteurs ont travaillé à l’international avec, pour la première fois, une équipe de France Agrimer greffée au projet. « Crises et châtiments », c’est le titre de l’ouvrage, librement emprunté à Dostoïevski, que Philippe Chalmin, directeur du projet et professeur à l’Université Paris-Dauphine s’attache à expliquer. « Nous nous trouvons toujours dans un véritable choc, un peu comme nous l’avons connu dans les années 1970 » a-t-il déclaré mardi lors de la présentation officielle du rapport 2013. Ainsi, il justifie le titre de l’ouvrage en détaillant : « Crises, en raison des fortes tensions sur les marchés mondiaux. Et châtiments, face à l’incapacité de notre planète à répondre de manière cohérente à ces crises ». Selon lui, cette « panne totale de la gouvernance internationale », se traduit notamment par les échecs de négociation au sein de l’OMC, le manque de conséquences pratiques des réunions du G20 ainsi que l’absence d’impact et d’informations autour du forum de réaction rapide de la FAO.

Les grains en vedette

Cette année, les grains ont connu les plus fortes tensions sur le marché des matières premières. Tensions liées aux incertitudes climatiques : sécheresse aux États-Unis et problèmes climatiques en mer Noire. Le climat représente une des deux fortes incertitudes évoquées par Philippe Chalmin pour cette année.  « Nous sommes sur le fil du rasoir », a-t-il déclaré. Les réserves de céréales sont historiquement basses et si de bonnes prévisions de reconstitution des stocks de grains sont d’actualité pour les pays exportateurs, rien n’est encore définitif. De plus, alors que l’actuelle sécheresse en Nouvelle-Zélande fait augmenter les prix des produits laitiers, Philippe Chalmin envisage en revanche une baisse sur les marchés céréaliers pour la campagne 2013-2014.

La Chine, grande incertitude de 2012

Au-delà du climat, la deuxième incertitude qui a marqué cette année est la Chine. « En Chine, le changement de l'équipe au pouvoir a engendré une paralysie de l'activité économique avant le dix-huitième congrès du Parti communiste chinois en novembre 2012 », a expliqué Philippe Chalmin. Les marchés ont pâti de cette situation, avec un minerai de fer en baisse (entre 80 et 90 $ la tonne en septembre) qui représente un indicateur fort pour comprendre l’activité économique du pays. Ce n’est qu’à la suite du congrès que le rythme chinois a repris, le minerai de fer remontant à 140 $ la tonne. Le professeur  indique que « La Chine a été une variable majeure des marchés en 2012 et le restera en 2013 ». La Chine ainsi que le climat représentent deux véritables variables pour le prix des produits de base.

Dans les 700 pages de cet ouvrage devenu une véritable « bible » des matières premières, toutes les grandes tendances des « commodités » dans le monde sont analysées. Alors que ce rapport CyclOpe traverse les années en étant toujours un indicateur fort pour les professionnels, ces derniers pourront pour la première fois se le procurer en version numérique, avec la possibilité d’acheter les chapitres individuellement sur le site www.cercle-cyclope.com

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier