Recherche : Le pôle fromager dans les locaux de l'Inra, signe d'un partenariat durable

Renaud Saint-André

Recherche : Le pôle fromager dans les locaux de l'Inra, signe d'un partenariat durable

L'antenne aurillacoise de l'Inra de Theix est le principal partenaire du pôle fromager AOC du Massif central. Des liens qui se resserrent encore.

Patrice Chassard a des raisons de se réjouir du label “UMT” accordé par les pouvoirs publics. En ouvrant droit à des financements, cette Unité mixte technologique ne peut que le rassurer sur la pérennité de l'antenne de l'Inra (Institut national de la recherche agronomique dont un nouveau bâtiment doit prochainement être livré) et donc sur la localisation à Aurillac du pôle fromager AOC qu'il préside. Car les deux organismes travaillent de concert depuis toujours, pour répondre à l'attente des syndicats interprofessionnels des appellations d'origine contrôlée du Massif central. Outre le pôle fromager et l'unité de recherches de l'Inra qui en assurent la responsabilité conjointe, l'UMT réunit un ensemble cohérent d'autres structures existantes : Arilait Recherches, l'IUT de génie biologique et l'Enilv.

Le Crédit agricole pour nouveau partenaire

Pour conduire ses missions dans de bonnes conditions, le pôle fromager AOC sera hébergé dans les nouveaux locaux de l'Inra. Il bénéficie aussi du soutien d'un nouveau partenaire : le Crédit agricole. Le 11 février dernier, André Janot, président de la caisse départementale, a signé une convention engageant la banque verte à verser à la structure 45 000 euros sur trois ans, dans le cadre de la fondation d'entreprise Esprit Cantal. La labellisation UMT, accordée en 2006 par le ministère de l'Agriculture, est également valable pour trois ans, renouvelables ; sa reconduction n'est pas remise en question. Selon Michel Lacoste, président du Comité interprofessionnel des fromages (Cif), cette reconnaissance a permis de “redynamiser la filière en donnant un projet à la colline”. “Il faut aider ceux qui se retroussent les manches pour faire vivre le pays”, estime pour sa part André Janot.

Plateforme de transfert

Cette aide significative permettra de faire vivre une plate forme de transfert de technologie, afin d'assurer le lien entre les résultats des recherches et les besoins de professionnels. Ce rôle d'interface a déjà nécessité l'embauche de deux agents, un ingénieur et un technicien, comme l'a expliqué Sophie Hulin, responsable du pôle fromager. Faisant figure de référence nationale, le pôle installé à Aurillac pourrait encore se développer.

Plus d'infos à lire cette semaine dans L'Union du Cantal.
Droits de reproduction et de diffusion réservés.

Source journal L'Union du Cantal »

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier