Réforme de la PAC : Londres et Varsovie veulent renforcer le deuxième pilier

SC avec AFP

Réforme de la PAC : Londres et Varsovie veulent renforcer le deuxième pilier

Les ministres britannique et polonais de l'Agriculture, Jim Paice et Marek Sawicki, se prononcent en faveur d'une redistribution des fonds du premier pilier de la PAC vers le deuxième, au profit du développement rural.

Au lendemain de l'annonce des grandes lignes du projet de réforme de la PAC d'après 2013, les États-membres essayent de nouer des alliances pour faire bouger les lignes dans le sens de leur propre intérêt. Cette fois, c'est le Royaume-Uni qui a tenté de trouver des points de convergence avec la Pologne.

Les ministres des deux pays se sont mis d'accord sur un point : leur souhait de voir une partie des fonds du premier pilier de la PAC redistribuée vers le deuxième, au profit du développement rural. Mais si les Polonais souhaitent que l'allocation des fonds se fasse à parts égales pour chaque pilier, la Grande-Bretagne milite à terme pour une disparition, pure et simple, du pilier des aides directes.


Niveler les différences entre les membres de l'UE

«Ce 2e pilier est le secteur où l'on peut obtenir le plus de changements en encourageant les agriculteurs à investir dans de nouveaux systèmes de production, en modernisant leurs entreprises, pour se préparer aux défis à venir», a justifié le ministre de l'Agriculture britannique, à l'issue d'un entretien avec son homologue polonais.

« Il y a des domaines sur lesquels nous sommes d'accord, notamment le renforcement du 2è pilier afin que la PAC soit plus dynamique, innovatrice et plus concurrentielle », a déclaré de son côté M. Sawicki.

Varsovie et Londres sont également d'accord sur la nécessité de niveler les différences entre les agriculteurs des anciens et nouveaux membres de l'UE sur les aides directes.

La Pologne (2,03 milliards de subventions en 2009) fait partie des pays qui s'estiment lésés par les critères de répartition des aides fondés sur des niveaux de production historiques, et militent pour un rééquilibrage en leur faveur, se heurtant en particulier à une opposition de la France et de l'Allemagne.

Publié par SC avec AFP

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier