Région Nord/Pas-de-Calais : Le retour des arbres

Région la moins boisée de France, le Nord/Pas-de-Calais veut multiplier par deux ses surfaces forestières en 30 ans, pour améliorer l'environnement et la qualité de vie des habitants, mais aussi pour des raisons économiques.

Une surface plane, presque dénuée de taches vertes : un coup d'oeil sur une photo satellite suffit à constater le vide forestier nordiste. La région française la plus densément peuplée - hors Ile-de-France - se caractérise aussi par le plus faible taux de boisement : 7% du territoire seulement, contre 28% pour la moyenne française.

Sur ce plat pays aux terres fertiles, les agriculteurs ont exploité de longue date chaque parcelle de terrain. L'industrie et l'urbanisation, plus développées qu'ailleurs, ont fini de rogner les terres disponibles. « Doubler la surface de forêts en 30 ans, c'est difficile et ambitieux, mais on en a besoin », explique Emmanuel Cau, vice-président du conseil régional, chargé de l'environnement, qui a piloté le « Plan forêt régional » adopté à l'unanimité en mai 2009.

La région a prévu de mobiliser 400 millions d'euros sur ce projet, notamment pour subventionner la plantation d'arbres auprès des propriétaires terriens et aider le développement de la filière bois. Les surfaces boisées, qui représentent 90.000 hectares en Nord/Pas-de-Calais, progressent naturellement au rythme de 700 ha par an. L'objectif est de passer à une moyenne de 3.000 par an, en élargissant les forêts existantes et en boisant les abords des rivières ou autoroutes.

Des agriculteurs ont manifesté récemment contre le Plan forêt, dénonçant « un gâchis foncier ». « La région donne des subventions aux propriétaires qui voudraient boiser leurs terrains. On craint que les jeunes agriculteurs aient moins de terres pour s'installer », déplore Olivier Demol, secrétaire général des Jeunes agriculteurs du Pas-de-Calais.

Source AFP

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier