Restructuration : L'Adasea : la fin en dépit de bons et loyaux services

Une page vient de se tourner dans l'histoire des organisations agricoles vendéenne avec la fermeture entamée et progammée de l'Association départementale d'aide aux structures d'exploitations agricoles, l'Adasea.

Emotion, sanglots contenus et aussi nouveaux horizons mardi soir à l'ultime assemblée générale de l'Adasea de Vendée. « Nos organisations associatives sont amenées à évoluer depuis la promulgation de la Loi de modernisation de l'agriculture de juillet 2010 » présente d'emblée son président Christian Aimé. Des « évolutions » qui avaient été maintes fois souhaitées par les intervenants cantonaux à la tribune des congrès de la Fdsea. Ils parlaient alors de la nécessité de « remembrer » les organisations agricoles. Ils ont donc été entendus. A la fin du processus, les activités de l'Adasea sont transférés ce vendredi 1er juillet d'une part à la chambre régionale d'agriculture pour ce qui est de l'installation et de la transmission avec Bruno Minoza dans le rôle de coordinateur ; d'autre part à la fin de cette année à la chambre départementale d'agriculture pour ce qui touche aux mesures agro-environnementales, aux études, opérations de développement local et projets de pays. Enfin tout reste à inventer dans la répartition du travail de prestations pour les agriculteurs en difficultés. Missions qui sont pour l'instant confiées à la CGA.
L'association sera officiellement dissoute dans le courant de l'année 2012. Pour Christian Aimé ces changements se concrétisent « avec une volonté réaffirmée de maintenir un service de qualité auprès des agriculteurs et de nos partenaires et plus particulièrement auprès des candidats à l'installation ».
Enfin, estime Philippe Tuzelet, directeur, « l'Adasea n'est jamais allée faire ce qu'on ne lui demandait pas de faire » et « si toutes les Adasea avaient fonctionné comme la nôtre on n'en serait pas venus là ».

Salariés de l'Adasea, Que deviennent-ils

Au plus fort de son activité – à l'époque des Contrat territoire et environnement (CTE) - l'Adasea employait 42 équivalents temps plein. Avec le coup de barre de 2002 et l'arrêt de ces CTE ce sont 12 salariés qui avaient pris la porte. Depuis, la tendance ne s'est pas inversée et au jour de l'AG, l'association comptait 30 collaborateurs mais pour seulement 24 plein temps. Une bonne partie d'entre-eux s'insère peu à peu dans les services de la chambre d'agriculture, 3 équivalent plein temps (agriculteurs en difficulté) trouveront leur place dans des organisations de la CGA et trois ou quatre autres âgés de plus de 56 ans se verront proposer une mesure exceptionnelle de préretraite.

L'essentiel de l'activité 2010

En 2010 le Point Info installation a reçu 313 candidats à l'installation, et 12 pour le point Info transmission. Le nombre de nouveaux installés « aidés » en 2010 fléchit à 90 contre 96 l'année précédente. Le canton de Montaigu est toujours celui qui installe le plus (8 en 2010, ex aequo avec La Mothe-Achard).
Les mesures agroenvironnementales ont suscité 585 demandes en 2010 dont un tiers liées aux mesures rotationnelles et les demandes de conversion à l'agriculture biologique, au nombre de 60 en une seule année, sont en plein essor.

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires