Résultats JA 2007 : Toujours des disparités

Philippe BERTRAND

L'étude JA de Cogedis montre un résultat de gestion 2007 en diminution. Des écarts importants existent toujours entre productions. Analyse de Philippe Bertrand.

680 exploitations de jeunes agriculteurs ont été passées au crible par Cogedis. L'étude enregistre une baisse du résultat moyen pour les jeunes agriculteurs (JA) qui passe de 17 650 euros en 2006 par UTH familiale à 16 420 € en 2007. Rappelons qu'il correspond à la différence entre la marge brute globale (ensemble des activités de l'exploitation), les Droits à paiement unique (produits d'exploitation) et les charges de structure. L'année 2007 restera marquée par la crise porcine qui vient toucher de plein fouet les jeunes producteurs. Ils n'ont pu maintenir le résultat 2007 au niveau exceptionnel de 2006. Le revenu de gestion s'établit à 11 430 €/UTH, juste au-dessus des aviculteurs. Si les efforts d'amélioration technique ont eu pour conséquence directe l'augmentation de la productivité, ils n'ont malheureusement pas permis aux JA de compenser le tassement des prix de vente et l'augmentation du coût de l'aliment. La crise étant là, les producteurs de porcs ont maîtrisé au mieux les charges de structure qui restent stables. Par contre, la situation financière se dégrade. L'Excédent brut d'exploitation (EBE) n'est pas suffisant pour faire face à tous les engagements financiers.
Le résultat de gestion des producteurs de viande bovine, lui, est stable avec 15790 euros par UTH familiale. Les exploitations laitières, majoritaires dans notre étude (cf. encadré), ont bénéficié de prix plus rémunérateurs en 2007 qu'en 2006 : le résultat passe de 14640 à 17340 euros. Les producteurs de volailles obtiennent également de meilleurs résultats grâce essentiellement à la diminution des durées de vide sanitaire.

Augmentation des charges de structure

Au plan des dépenses, les charges de structure augmentent globalement et les charges de mécanisation, plus particulièrement. L'impact de l'augmentation du prix du fioul se fait déjà ressentir pour les exploitations ayant une date de clôture comptable en fin d'année.
L'Excédent brut d'exploitation (EBE) qui permet d'apprécier la capacité de l'entreprise à faire face à ses engagements financiers, enregistre une nouvelle baisse de 5 % à 64 720 €. Il a néanmoins permis de faire face aux remboursements d'emprunts (38 %) et aux besoins de la famille (51 %). On notera que la part de l'EBE consacrée aux remboursements d'emprunts est en diminution pour la deuxième année consécutive. L'autofinancement disponible est positif et en augmentation. Le fonds de roulement qui s'élève à 67890 € marque une nette progression. Les immobilisations peuvent être financées par des capitaux permanents et une marge de sécurité reste présente. Globalement, la situation financière des exploitations des jeunes agriculteurs est saine.
Les JA sont cependant confrontés lors de la reprise d'exploitation à des montants de plus en plus élevés. La structure du bilan met en évidence l'équilibre entre les biens du patrimoine professionnel (actif) et les modes de financement (passif). Il voit sa valeur augmenter avec un actif moyen passant de 318 500 € à 324 600 €, soit 1,9 % de plus qu'en 2006. Les formes sociétaires qui concernent 70 % de l'échantillon permettent de sécuriser le projet sous l'angle financier et favorisent l'installation progressive.

L'échantillon

680 exploitations
89 % des jeunes ont une activité de production laitière, en système spécialisé ou mixte
7% sont spécialisés en production hors-sol
Age moyen des jeunes agriculteurs : 29 ans
Age moyen à l'installation : 27 ans

Résultat de gestion des JA en 2007

 

Vers un nouveau parcours à l'installation en 2009

Jusqu'à présent, le dispositif d'aides à l'installation (DJA et prêts bonifiés) proposait un modèle unique d'installation dans lequel devaient rentrer les jeunes agriculteurs sollicitant les aides quelque soit le type d'installation. Les objectifs du nouveau parcours à l'installation seront les suivants : professionnalisation des installations et responsabilisation des futurs agriculteurs, cadrage du projet dans l'environnement professionnel départemental, national et mondial, meilleure prise en compte des objectifs et besoins personnels, simplification des démarches administratives et amélioration du temps pris à la réflexion sur le projet et l'acquisition de nouvelles compétences.
Ce nouveau dispositif d'accompagnement s'adressera à tous : les candidats éligibles aux aides JA selon le dispositif actuel comme ceux qui ne sont pas éligibles.

Source COGEDIS

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires