Retraites agricoles: les professionnels doivent se prononcer sur une hausse des cotisations

Retraites agricoles: les professionnels doivent se prononcer sur une hausse des cotisations

Les organisations professionnelles agricoles vont devoir décider d'ici la mi-décembre si elles acceptent ou pas une hausse de cotisation pour permettre le financement du plan de revalorisation des retraites agricoles, auquel il manquera plus de 100 millions d'euros en 2017, a-t-on appris mercredi.

Le gouvernement a proposé à la profession le maintien du principe de la hausse de la cotisation mais à un niveau moindre que prévu pour tenir compte de la crise agricole, avec pour un euro de cotisation un euro mis par l'Etat pour arriver à la somme de 100 millions d'euros, lors d'une réunion au ministère de l'Agriculture.

L'alternative, en cas de refus d'une augmentation des cotisations, sera de lancer une mission réunissant notamment les organisations professionnelles, la MSA et un parlementaire pour mener une réflexion structurelle.

Le gouvernement a entrepris de revaloriser les retraites agricoles sur 5 ans de 2013 à 2017, en effectuant des rattrapages pour les conjoints collaborateurs et en augmentant le niveau des retraites agricoles des chefs d'exploitation pour arriver à un niveau équivalent à 75% du Smic.

Trois leviers devaient servir à financer ce plan qui représente 300 millions d'euros par an: l'élargissement de l'assiette de financement en luttant contre l'optimisation sociale, une augmentation progressive des cotisations à partir de 2015, et le recours à la solidarité nationale en utilisant les réserves de la mutualité sociale agricole (MSA). Mais l'Etat n'a finalement pas réussi à réunir cette somme, notamment parce qu'il n'a pas augmenté les cotisations en raison de la crise agricole et il aura besoin de trouver 100 millions d'euros pour passer l'étape en 2017, et devra ensuite trouver 200 millions par an à l'horizon 2018.

Les professionnels ne semblent pour l'instant pas favorables à cette hausse des cotisations alors que l'agriculture française a connu une année de crise. "La hausse de cotisation n'est pas supportable dans un contexte où les revenus sont catastrophiques pour mes paysans. Il faut que ce soit la solidarité nationale qui joue", a ainsi déclaré à l'AFP Christian Boisgontier de la Confédération paysanne.

Amener à 75% du Smic la pension de retraite d'un chef d'exploitation agricole qui a mené une carrière complète représente une somme moyenne de 850 euros par mois, soit un relèvement d'une cinquantaine d'euros par rapport au taux de 71% de 2012.

Source AFP

Sur le même sujet

Commentaires 2

le goulot

une carrière complète avec cotisations maximales représente environ 1200 à 1300 euros par mois.Le ratio cotisation/ retraite n'est pas terrible,le reste doit aller à la solidarité...Ces agriculteurs ne louent pas leurs terres,batiments?En fin de carrière rien n'est réalisable,négociable,une exploitation ça vaut zéro?

Bazilou78

Toujours des hausses de cotisations , de taxes, ....
Tout ça pour une retraite de misère. C'est quand même pas les retraites agricoles qui ruinent la sécu ou la Msa.
Combien touche un retraité du régime salarié, un cheminot ? Un fonctionnaire ? Pourtant tous ces régimes sont en déficits de plusieurs milliards.
Je ne comprends pas qu'est ce que nous avons à négocier. Tous les régimes de retraites devraient être identiques.

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier