Retraités : "L’affaire des miettes" au coeur de l'Élysée

Retraités : "L’affaire des miettes" au coeur de l'Élysée
Les retraités agricoles veulent plus que des miettes...(DR)

Plusieurs anciens exploitants agricoles, convoqués par la justice après avoir envoyé des miettes de pain au président de la République pour protester contre leur maigre retraite, ont été reçus mercredi à Élysée qui les a rassurés sur leur sort.

"L'entretien s'est très bien passé et nous avons dissipé le malentendu", a indiqué le directeur adjoint de cabinet de François Hollande, Alain Zabulon, qui a reçu pendant une heure ces agriculteurs retraités dépassés par les conséquences judiciaires de leurs missives. "L'affaire des miettes avait en effet pris des proportions démesurées", a reconnu M. Zabulon. Les auteurs de ces courriers, somme toute anodins, soupçonnés "d'outrage au chef de l’État", avaient été convoqués le 10 décembre au tribunal de Laon à la demande du Parquet de Paris.

La présidence de la République n’avait pourtant pas porté plainte, "la procédure s'est emballée toute seule", après un simple signalement du service du courrier de l’Elysée à la Police judiciaire. Une affaire regrettable d'autant, que les lettres en question étaient "parfaitement courtoises", a souligné M. Zabulon qui a assuré leurs signataires que "le Président de la République ne leur voulait que du bien" et a fait avec eux un "tour d'horizon informel sur des questions agricoles et de retraites".

Parmi eux Henri Carton, président des Anciens exploitants de l'Aisne, avait pendant la campagne présidentielle, adressé une pétition comptant 100.000 signatures à chacun des candidats. "François Hollande avait répondu de manière assez précise. On a ensuite voulu se rappeler au bon souvenir du candidat devenu président", avait expliqué l'ancien exploitant au moment de ses démêlés judiciaires.

"On a eu l'idée d'envoyer un courrier, où chacun mettait son nom, son adresse, son âge, ses années d'exploitation et le montant de sa retraite. On a mis des miettes, avec le slogan: ‘Ne laissez pas que des miettes aux anciens exploitants’. C'était pas mal trouvé", avait raconté M. Carton indiquant qu'environ 500 lettres avaient ainsi été envoyées dans le cadre de cette initiative, limitée aux adhérents du département de l'Aisne.

Source avec afp

Commentaires 5

goury

et oui car goury est un dépassé ancestral retraité !!! ...

freetownmaximus

d'ou la phrase les vieux faudrait les tuer à la naissance on a raté goury

BABOUL


GOURY TU DEVIENDRA VIEUX

goury

les jeunes : c'est l'avenir !
les vieux : c'est dépassé ...

deudeuch

C'est plus facile d'attaquer en justice des pauvres agriculteurs en retraite que les jeune des banlieues !!!!!!

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires