Santé : les agriculteurs risquent des cancers différents selon leur activité

Santé : les agriculteurs risquent des cancers différents selon leur activité
L’impact des pesticides sur la santé est pointé du doigt (DR)

Selon les derniers résultats de l'enquête Agrican sur la santé en milieu agricole, les agriculteurs risquent des types de cancers différents selon leur type d’exploitation. Cette différence pourrait être due à l’utilisation des pesticides.

Les derniers résultats de l’étude, dévoilés mardi dernier, montrent que « le risque de cancer du poumon est ainsi deux fois plus élevé chez les agriculteurs spécialisés dans la culture des pois fourragers et  dans la taille des arbres fruitiers ou la culture des légumes », explique le chercheur Pierre Lebailly, coordinateur de l'étude Agrican, qui s'exprimait lors d'un colloque sur l'exposition professionnelle aux pesticides, organisé par l'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses).

Un lien entre cancer et pesticides à confirmer

En revanche, les risque de cancer du poumon est moindre chez les éleveurs -depuis plus de vingt ans- de bovins ou de chevaux. Pour le cancer de la prostate, ce sont les agriculteurs spécialisés dans le tournesol, le tabac, les fruits et les pommes de terre qui sont les plus exposés. C’est également le cas pour producteurs de bovins. Le risque plus élevé pour ces éleveurs pourrait s'expliquer par l'utilisation d'insecticides pour les animaux, estime M. Lebailly.

La prochaine étape de l'étude sera d'étudier les effets de pesticides spécifiques, pour tenter d'établir un lien plus direct entre cancers et utilisation de produits chimiques.

Une plus grande espérance de vie 

Il faut toutefois souligner que les premiers résultats de l'étude Agrican, publiés en septembre 2011, avaient montré que, de manière générale, les agriculteurs avaient une plus grande espérance de vie que celle du reste de la population française. « Cela peut s’expliquer par les spécificités des habitudes de vie des propriétaires de fermes : une faible prévalence du tabagisme, ainsi qu’un niveau plus élevé d’activité physique », explique encore Pierre Lebailly.

L'enquête Agrican porte depuis 2005 sur plus de 180.000 affiliés de la Mutualité sociale agricole (MSA). Elle vise à étudier l'impact de l'exposition des agriculteurs à des risques particuliers (pesticides, ultraviolets, virus animaux...), et notamment leurs risques de cancer.

Source avec AFP

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier