Saône et Loire : Un JA chez les Grandes Gueules

Annie Dennequin

Saône et Loire : Un JA chez les Grandes Gueules

Didier Giraud, éleveur de charolais en Saône et Loire, participe à l'émission les Grandes Gueules sur Radio Monte Carlo, depuis deux ans.

Didier, engagé chez les JA depuis une dizaine d'années, représente le monde paysan dans l'émission Les Grandes Gueules de Radio Monte-Carlo, animée par Olivier Truchot et Alain Marschall (du lundi au vendredi entre 10 heures et 13 heures). Tous les quinze jours, le mardi, aux aurores, il attrape le premier TGV au Creusot pour se rendre aux studios de RMC. « Cet été, j'ai même accéléré la fréquence, je suis venu toutes les semaines », affirme Didier, qui, ce jour de grève d'octobre, n'a pas failli au rendez-vous.

La com', depuis toujours

L'aventure a commencé en septembre 2008. Didier Giraud vient de quitter la présidence de la région BFC : « J'aurais pu continuer à m'investir chez les JA, mais le travail de l'exploitation ne me le permettait pas. Et puis, j'avais le souci de faire monter un jeune. »

Depuis plusieurs années, Didier veut s'engager dans la com', et déplore que « les Jeunes Agriculteurs n'existent pas médiatiquement », qu'« il n'y ait pas de porte-parole des JA ». A l'époque, William Villeneuve, tout nouvellement élu président de la structure - « il a la même fibre que moi », songe à lui pour l'émission Les Grandes Gueules de RMC. Une vice-présidente y a déjà participé, mais depuis son départ, personne ne l'a remplacée ! Les JA reprennent contact avec la radio. « Je suis tombé au bon moment, avoue Didier, les responsables de l'émission voulaient justement sortir du parisianisme ambiant ».

Et s'il y avait déjà un curé et un maître d'école dans l'équipe des Grandes Gueules, de paysan, point. J'ai fait des essais, ça a marché. J'étais dans le ton de l'émission. » Il faut dire que Didier a certaines prédispositions : « Je suis une »grande gueule“ », affirme t-il, haut et fort. Depuis une dizaine d'années, il ne manque d'ailleurs pas une occasion de l'ouvrir pour défendre ses convictions chez les JA, ou ailleurs.

Le canevas de l'émission

« Depuis la rentrée, la structure de l'émission a quelque peu changé. Auparavant, nous étions trois Grandes Gueules (GG), qui font partie des seize qui tournent à tour de rôle, plus les deux animateurs. Désormais, nous ne sommes plus que deux “GG”, plus l'invité du jour - la Grande Gueule du jour - qui est une personnalité, du monde politique, associatif, médiatique sportif, artistique…»

Pendant deux heures, «Je réponds à bâtons rompus sur les sujets d'actualité. ça me plaÎt, d'autant que l'on intervient en totale liberté. Je reçois les questions qui vont être débattues, la veille au soir. Je consulte la presse pour m'informer, les flash -nfos et les communiqués des JA me sont très utiles. Je me considère toujours JA et je me sens dans la poursuite de mon action, assure Didier. S'il y a un sujet agricole prévu, j'essaie de faire passer des messages ou encore d'annoncer telle ou telle manifestation, comme le Marché solidaire, Nature Capitale…

Je m'estime un peu comme le bras armé de la rue la Boétie.» Chaque jour, je présente un produit du terroir, que l'on retrouve sur le blog de l'émission dans Le panier de Didier (www.rmc.fr/blogs/les grandesgueules.php) En 2009 et 2010, l'émission s'est déroulée en direct du Salon de l'agriculture. «Je me suis rendu compte au bout de deux ans, que j'étais devenu le porte-parole du monde agricole. Et surtout, j'ai rencontré des jeunes qui m'ont dit c'est bien, c'est légitime ce que tu fais, continue. » C'est ce que Didier compte faire tant qu'on lui permet : «être le défenseur de la ruralité et du monde paysan.»

Sophie de Menthon, présidente d'Ethic, Didier Giraud et Alain Marschall, l'un des deux animateurs des Grandes Gueules avec Olivier Truchot.

Sophie de Menthon, présidente d'Ethic, Didier Giraud et Alain Marschall, l'un des deux animateurs des Grandes Gueules avec Olivier Truchot.

 

Source Ja Mag

Publié par Annie Dennequin

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier