Savoie : Les éleveurs en colère occupent Saint-Jean-de-Maurienne

SC

Le substitut du procureur de la République a requis 750 euros d'amende à l'encontre d'un éleveur, dont un chien de protection de troupeau a mordu une gardienne de refuge en juin dernier à Aussois.

Une quarantaine d'éleveurs en colère occupaient hier soir le centre de Saint-Jean-de-Maurienne avec plus d'un millier de moutons, pour protester contre cette décision. Lors de son réquisitoire, le substitut estimé que l'éleveur avait commis des négligences dans le choix de la race de son chien, un Berger des Abruzzes, qui pouvait en outre aisément sauter les barrières.

Il a également parlé de la « caste des éleveurs » contre lesquels il s'est livré à une « attaque en règle », a dénoncé le président du syndicat ovin de Savoie, Hubert Covarel. Appelant l'État à ses responsabilités, les manifestants étaient décidés à rester le plus longtemps possible.

Le jugement a été mis en délibéré au 27 novembre.

Le sujet des chiens protecteurs de troupeau, des chiens de race patou pour la plupart, est extrêmement sensible dans les zones d'élevage. Chaque année, des promeneurs se disent victimes d'attaque de chien patou, sans qu'on dispose de statistique. Jusqu'à présent, les décisions de justice concernant ces attaques ont en général abouti à une relaxe de l'éleveur.

De leur côté, des professionnels du tourisme font pression pour que les patous soient retirés des alpages.


Source AFP

Publié par SC

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires