Scandales dans les abattoirs : L214 s'interroge sur les cadences de travail

Scandales dans les abattoirs : L214 s'interroge sur les cadences de travail

L'association de défense des animaux L214 qui a révélé plusieurs scandales dans les abattoirs s'est interrogée mercredi, devant la commission d'enquête parlementaire, sur la "cadence" imposée aux employés de ces établissements.

"Peut-on tuer à la cadence d'environ un milliard d'animaux par an en respectant les règles? au rythme où on abat les animaux pour produire de la viande, on est loin du cas d'une maltraitance individuelle ou d'un employé déficient, c'est une question structurelle" a estimé le président de l'association Antoine Comiti devant les députés. "Dans les différentes affaires qu'on a soulevées les salariés ont été des  boucs-émissaires faciles", a renchéri la porte-parole de L214 Brigitte Gothière, citant l'abattoir de Mauléon, dans les Pyrénées-Atlantiques, dernier scandale en date avec d'insoutenables images de moutons brutalisés: "Ces  images ont été prises juste avant Pâques, avec un grand nombre d'agneaux à abattre et beaucoup moins de personnel" a-t-elle expliqué. Pour elle "les personnels aussi sont soumis à d'importantes souffrances  psychiques et physiques", dont des troubles musculo-squelettiques. "On leur  demande de tuer mais quelle est leur formation?" a-t-elle également demandé. Mme Gothière a également dénoncé "le matériel inadapté" dans bien des abattoirs, évoquant les ratées du matériel d'immobilisation, comme à Alès  (Gard), avec des égorgements "par cisaillement" au lieu du coup net tranché  préconisé et des "reprises de conscience sur la chaîne d'abattage", quand les animaux auraient dû être rendus inconscients par l'étourdissement préalable.

Ces constats ont amené L214 à s'interroger devant la Commission sur la  réalité et l'efficacité des services vétérinaires, dont la "présence continue"  est théoriquement imposée par la réglementation. Le problème "est que le bien-être animal n'est jamais une priorité par rapport aux questions d'ordre sanitaire parce que ça n'a pas de conséquences,  sauf quand les caméras sont là" a accusé Brigitte Gothière pointant par ailleurs le nombre insuffisants d'inspecteurs et d'inspections (1.000 postes  pour près de 800 abattoirs) - en comptant les abattoirs à volailles et lapins. "De plus quand il y a contrôle, il est rarement suivi d'effet ou de  sanctions" en cas de manquements, a-t-elle relevé, citant sur ce point un  rapport de la Cour des comptes de février 2014.

L214 recommande par ailleurs de "sortir la question du bien-être animal du ressort du ministère de l'Agriculture" pointant un "conflit d'intérêts" avec les missions de cette administration. La commission d'enquête parlementaire "sur les conditions d'abattage des  animaux de boucherie dans les abattoirs français" a été créée en réponse aux scandales révélés par les vidéos de l'association.

Sur le même sujet

Commentaires 9

AGILE364

sont a mourir de rire ces l214 c'est l'abattoir qui a sauve la race équine comtoise pas ces beaux yeux......a mediter

AGILE364

des bobos parisiens qui veulent que nous elevions des animaux pour les regarder vieillir mais ce serai selon leur philosophie la disparition de ces animaux ,personne n est philanthrope ....des doux reveurs nos titis parisiens.....

Golgot

Et bien les gars , avec des commentaires comme ceux-ci , et le raisonnement qui va avec , vous n'avez besoin de personne pour vous détruire . Ainsi vous niez la souffrance animale ? Alors pourquoi les Français devraient s'inquiéter du sort des agriculteurs si eux mêmes sont des barbares ? La bidoche pour la bidoche c'est fini de même que la qualité médiocre , les mauvais traitements et la monnaie facile . De nos jours si l'on veut survivre , ce sera de la quantité moindre , un accompagnement sain et équilibré des bêtes , le respect de leur vie et de l'environnement .

nanardd

Et si on faisait respecté la loi de l'étourdissement des animaux on passeraient pour des racistes ?
On devrait y envoyer les enfants des écoles pour voir cela.
ça complèterait leur visite des fermes après avoir caressé et fait téter le petit agneau ou veau.
La loi toute la loi rien que la loi

tom63

Ce qui est bizarre avec cette association, c'est qu'elle ne parle jamais de l'abattage rituel qui lui par contre est fait sans aucune sorte d'étourdissement ?????
On chercherai donc a "stigmatiser" (mot très en vogue dans les milieux bobos) le mangeur de viande que je suis?

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier