Sécheresse : Des solutions mises en oeuvre en Aquitaine

Le préfet d'Aquitaine Patrick Stéfanini a annoncé jeudi qu'une « première série de solutions pourrait être mise en oeuvre rapidement » pour répondre à la sécheresse, après un entretien avec les agriculteurs de Gironde qui l'ont alerté sur la « dégradation de la situation économique de la quasi-totalité » de leurs productions.

« L'Aquitaine est moins concernée à ce stade que Poitou-Charentes », a déclaré le préfet à la presse, « mais certains départements d'Aquitaine comme la Dordogne, le Lot-et-Garonne et certaines zones de Gironde sont d'ores et déjà concernés », a-t-il dit au sortir d'une réunion avec les représentants de la FDSEA et des JA de Gironde.

Il a souligné s'être entretenu « d'une première série de solutions qui pourrait être mise en oeuvre rapidement », comme l'aide à l'achat de fourrage, sans en dire davantage pour l'instant.

Sur la Gironde, « on risque des restrictions d'eau pour une dizaine d'agriculteurs », a ensuite déclaré Patrick Vasseur, président de la FDSEA, soulignant qu'en moyenne la récolte des fourrages devrait être réduite de moitié.

La sécheresse pourrait avoir un « impact » important notamment sur la viticulture, dont la production a trois semaines d'avance, entraînant des conséquences probables sur les rendements et les prix, a souligné Jean-Louis Nadau, viticulteur et secrétaire général adjoint de la FDSEA.

M. Vasseur a souligné que les mesures nationales étaient envisagées mais aussi l'appel à la solidarité des communes. Selon lui, dix municipalités de Gironde ont déjà mis à disposition une trentaine d'hectares de prairies.
Le céréalier Jean-Louis Dubourg, vice-président de la FDSEA, a dénoncé la recrudescence de vols de câbles électriques sur les installations d'irrigation de Gironde, aggravant les risques de sécheresse, pour un préjudice total de quelque 190.000 euros depuis le 1er janvier.

La FDSEA a insisté sur la « variable charges de moins en moins maîtrisable» dans toutes les filières, en particulier en raison de l'augmentation du coût de l'énergie, et réclamé la poursuite des « efforts de l'Etat en faveur de l'allègement du coût du travail ».
« Des prix à la peine et des charges en hausse ne peuvent qu'aboutir à un revenu en baisse pour un trop grand nombre d'exploitants », ont-ils dénoncé.

Source AFP

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier