Ségolène Royale veut "aller plus loin" dans la lutte contre les pesticides

Ségolène Royale veut "aller plus loin" dans la lutte contre les pesticides

Ségolène Royal s'est prononcée jeudi pour une interdiction de "toutes les substances dangereuses" dans l'alimentation, les emballages et les produits de soin, citant en particulier les parabènes, les phtalates et les perturbateurs endocriniens.

"Il faut identifier encore les produits chimiques (...), les éliminer, les interdire", a dit Mme Royal. "Par exemple les parabènes, les phtalates, les perturbateurs endocriniens", a-t-elle précisé. Les perturbateurs endocriniens sont des substances chimiques capables de modifier le fonctionnement hormonal et d'avoir des impacts sur la santé.

La ministre a également estimé qu'il fallait "aller beaucoup plus loin" dans la lutte contre les pesticides et continuer à "lutter contre les nitrates".

L'Assemblée a voté en juillet des mesures restreignant l'usage de pesticides près des lieux sensibles comme les écoles et le gouvernement a fait adopter fin septembre par les députés, en commission, une anticipation de 2020 à fin 2016 de l'interdiction des pesticides dans les espaces verts gérés par les collectivités territoriales.

Une directive nitrates (dérivés des engrais azotés), entrée en vigueur cet été, a par ailleurs fait basculer près de 4.000 communes et 63.000 exploitations agricoles dans l'illégalité, au grand dam de nombreux exploitants parfois contraints à des investissements coûteux pour limiter la pollution des eaux et une éventuelle prolifération d'algues vertes.

Mme Royal a également indiqué avoir "lancé un appel à projet pour 1.500 méthaniseurs". "Je vais rendre publique la carte des projets la semaine prochaine", a-t-elle ajouté. "Il y a des solutions positives", a estimé Mme Royal, expliquant qu'en transformant les déjections animales en biogaz, les méthaniseurs diminuaient la pollution tout en fournissant de l'énergie aux exploitations agricoles.

Elle était interrogée, sur BFMTV/RMC, à quelques jours de la conférence environnementale, qui réunira les 27 et 28 novembre à l'Élysée ministres, parlementaires, collectivités, ONG, entreprises et syndicats, autour de trois thèmes : l'organisation de la Conférence climat de l'ONU à Paris fin 2015, les transports, les problématiques santé en lien avec l'environnement. Ce sont "trois sujets majeurs pour notre vie quotidienne", a souligné la ministre.

 

Sur le même sujet

Commentaires 65

julien85

je suis tout a fait d'accord avec le fait que l'on ait pas le meme avis que moi simplement je ne peux m'empecher de m'enerver lorsqu'on debine systematiquement le conventionnel . j ai horreur qu'on vienne me donner des leçons alors que mon travail je le fais avec passion avant tout et pas pour engraisser basf,bayer ou d'autres.cela reviendrai a dire qu'un medecin travaille pour une firme pharmaceutique parce qu'il delivre des medicaments: ridicule.Le plus dommage a mon avis c'est que moi personnellement je n'embete pas les bios ou les ecolos, je suis pas forcemment d'accord sur tout mais je les laisse faire le taf,mais ce qui me dérange c'est que trop souvent le bio tape sur le conventionnel pour se promouvoir et ça je trouve ça deguelasse alors evidemment que j'utilise un dialogue piquant et qui provoque mais qu'on me laisse faire mon métier avec mes convictions et on vous laissera faire le votre( ce qui est deja le cas).
Mis à part ça je regardais cecile duflot hier soir qui disait que le bio devait devait se generaliser pour faire baisser les prix , et bien ceux qui pensent ça se mettent clairement un doigt dans l'oeil. Le bio coute plus cher à produire ça je pense que personne me contredira, de part la demande de main d'ouvre plus importante et les plus faible moyens et niveau de production, je ne vois pas comment en baissant les prix cela donnera envie aux agriculteurs de se convertir au bio à moins d'etre fanatique et de vouloir gagner 1000 euros par mois pourvu que l'on soit dans ses champs et avec ses animaux ce qui est il faut bien le dire un peu marginal.

narthex

@julien85: c'est bien dommage de rompre la discussion.....mais je vous rassure , c'est normale dans un dialogue que tout le monde ne sois pas du même avis.....
Vous dites:"mes arguments sont faux et les votre merveilleux"....en même temps c'est vous qui commencez a décrédibiliser les autres:"Narthex,le problème avec les gens de ton genre c que vous parlez et surtout critiquer sans rien savoir"......
Ensuite vous êtes balèze pour connaitre le résultat d'un hypothétique changement des pratique agricoles:",le résultat je le connais mais je dois me tromper encore une fois....."
Pour finir vous tentez une pirouette pour faire passer pour des flemmards ceux qui ne sont pas d'accord avec vous:" je constate qu il y en a qui ont bien plus le temps encore en semaine de blablater ,la qualité de vie en bio doit vraiment aussi être améliorée "....déjà oui , c'est souvent le cas pour la qualité de vie et en voilà un scoop, les agriculteurs ont plus de temps pendant en décembre que pendant l'été...et vos messages ne sont pas les plus courts non plus.....

julien85

Vive la conf alors

oussine

julien fais tu parti des syndicaliste qui sortant d'une reunion avec un ministre disent on a pas eté entendu ....bah non si tu as tort , tu n'as pas eté entendu rien d'anormal

dadada

oui tes arguments et dementis scientifiquement , et par des organisations mondiales , mais peut etre fais tu parti de ces paysans refutant les arguments des plus grands scientifiques sur le changement climatique pour ne soutenir qu'allegre..... les paysans c'est la science quand ca les arranges , si c pro ogm anti directive nitrate ca va
et voila que julien parle maintenant d'extremisme mulsuman , ah mùon avis ca vaut un point godwin ( je penses que l'on l'appliqué mainteant a ce terme) ton gourou le crachers a parlé de ca alors tu suis beatement
et voila maintenant que les agriculteurs conventionnel travaillent jour et nuit manquait plus que ca , ah oui j'oubliai tu fais aussi parti des paysans qui croient qu'il n'y a qu'eux qui bossent et que tous les autres sont des bons a riens

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier