Semis de blé : une partie en plusieurs sets

Rédaction Vendée agricole

Dans les terres portantes et à la faveur d’une éclaircie, les agriculteurs qui ont terminé leur récolte de mais grain, entament leur semis de blé. Reportage à Bournezeau.

Une journée sans pluie. Depuis trois semaines, on les compte sur les doigts de la main et on les attend avec impatience. A Bournezeau, dans la nuit de samedi 13 octobre au dimanche 14, il est tombé 75 mm. Lundi dernier, le soleil était de retour et les associés du Gaec de l’Audjonnière ont profité de cette accalmie pour sortir la charrue et le semoir qu’ils partagent en copropriété avec le Gaec Maupertuis. « C’est certain, nous avons reçu beaucoup de pluie en peu de temps. Dimanche, dans les fossés, l’eau marron coulait à flot et dans les prés bas, c’était comme si on avait des étangs » confie Christophe Rineau. «Mais cette pluie tombée en masse ne stagne pas sur nos sols. Elle ruisselle. » Les terres de l’exploitation des frères Rineau, il est vrai, sont situées en partie sur des coteaux.
Jusqu’à aujourd’hui, ces éleveurs ont réussi tous leurs chantiers. « Il y a trois semaines, on bouclait nos ensilages de maïs, et on semait dans la poussière, les couverts végétaux et de l’avoine derrière un précédent blé. On a également implanté 15 hectares de ray grass italiens. Et nous avons bouclé la récolte de nos maïs grain (15 hectares) vendredi dernier » détaille Christophe.
Ces éleveurs n’ont pas de tournesols à récolter. C’est un soulagement pour eux. Autour des champs de leur exploitation, des tournesols dont la panicule est retournée et imbibée d’eau font grise mine.
Désormais, ils leur restent une dernière ligne droite, avec les semis de blé pour une sole de 50 hectares. «On a pour habitude de semer vers le 15 octobre ». Lundi, c’était leur coup d’envoi. La parcelle de 8 ha qu’ils ont choisie est sur un précédent maïs grain non irrigué avec, par conséquent, «une terre moins gorgée d’eau ». Mais avec la pluie annoncée sur plusieurs jours, la partie risque de se dérouler en plusieurs sets.
Jusqu’à aujourd’hui, ils n’ont pas eu de dégâts de limaces ou de pucerons. «Mais, si la pluie se maintient avec des températures douces, il faudra traiter. »
 

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier